- Fémin-F1 -

Articles avec #femmes et moteurs tag

Cinq femmes dans la course

19 Mai 2010 , Rédigé par Thibaut Publié dans #Femmes et moteurs

Femmes-et-moteurs
Ladies, start your engine !

Revoir une femme en F1
*, tel est l’un des rêves de la rédaction de Femin-F1. Pour l’instant, ce n’est pas encore d’actualité, mais de l’autre côté de l’Atlantique, en IndyCar Series, la révolution sexuelle a déjà commencé.


Des femmes sur une grille de départ ? Quoi de plus habituel. Mini-jupes, shorts moulants, elles sont là pour porter drapeaux, panneaux, parapluies et surtout pour « faire beau ». Mais ce 14 mars 2010 à São Paulo, sur la grille de départ de la première manche de la saison 2010 d’IndyCar Series (la F1 à la sauce américaine) elles étaient quatre (Danica Patrick, Ana Beatriz, Simona De Silvestro et Milka Duno) à être vêtues de combinaisons ignifugées. Et pas pour décorer, mais bien pour en découdre sur la piste.


Quatre femmes au départ d’une course, c’est un record à ce niveau, mais ça n’a rien de véritablement surprenant, car cela s’inscrit dans le prolongement d’une tendance initiée depuis déjà près de 20 années en Amérique du Nord.


Sans revenir à la pionnière qu’était Janet Guthrie, première femme à prendre le départ des 500 Miles d’Indianapolis en 1977, c’est depuis 1992, et la première participation à l’Indy 500 de Lyn St-James (qui avait d’ailleurs été élue « rookie of the year »), que les femmes sont régulièrement présentes au plus haut niveau de la course automobile américaine. Lyn St-James participera à l’Indy 500 jusqu’en 2000, année où elle est relayée par Sarah Fisher, de 33 ans sa cadette. Ironiquement, les deux femmes s’accrocheront en course.
Lire la suite ...


Sarah Fisher en compagnie d'Hillary ClintonFigure populaire de l’IndyCar, Sarah Fisher n’est jamais parvenue, malgré quelques coups d’éclat (notamment une pole position en 2002), à percer sur le plan des résultats. Aujourd’hui, même si elle n’était pas présente à São Paulo, Sarah Fisher pilote toujours en IndyCar, mais c’est surtout derrière le muret des stands qu’elle tente d’accroître la place des femmes dans le sport automobile. Ainsi, la plus belle réussite de sa carrière est peut-être bien la création de sa propre écurie d’IndyCar, le Sarah Fisher Racing. Cette structure modeste fondée début 2008 gagne en importance chaque saison. Pas un mince exploit quand on connaît l’état de santé des courses de monoplace aux Etats-Unis.


Danica PatrickDans l’histoire des femmes pilotes aux Etats-Unis, le grand tournant a lieu au mois de mai 2005 avec la soudaine émergence de Danica Patrick, dont les performances en piste, auxquelles s’ajoute une plastique de rêve, déclenchent une véritable tornade médiatique. Six ans plus tard, la "Danicamania" n’est toujours pas retombée. Non seulement la jolie brunette, première femme à triompher en IndyCar (c’était au Japon, en avril 2008), reste la pilote la plus populaire de l’IndyCar, mais elle a aussi éveillé l’attention des fans de F1 en étant régulièrement citée pour rejoindre les rangs de USF1 ; proposition qu’elle a décliné sans hésitation assez rapidement. Restant sur le sol nord-américain, mais diversifiant ses talents, la jeune pilote a été la principale attraction médiatique du début de saison de NASCAR (où elle ne concourait pourtant que dans une catégorie secondaire) au mois de février dernier à Daytona.


Milka DunoDepuis quelques années, Danica Patrick et Sarah Fisher sont rejointes en piste par une troisième femme, la Vénézuélienne Milka Duno. Soyons francs, si Fisher et Patrick ont fait beaucoup pour la crédibilité des femmes au plus haut niveau du sport automobile, on peut difficilement en dire autant de Milka Duno, qui joue surtout les chicanes mobiles et qui ne doit sa présence en IndyCar qu’au soutien d’un puissant sponsor vénézuélien.



Ana BeatrizQue Danica prenne garde à ne pas se reposer sur son statut de « meilleure femme pilote » car la relève est déjà prête. Parmi elle, la Brésilienne Ana Beatriz, actrice majeure depuis deux ans de l'Indy-Lights (la formule de promotion de l’IndyCar) dont elle fut la première femme à remporter une épreuve, et qui a fait à São Paulo ses débuts en IndyCar. Malheureusement, elle n'a pour l'instant aucune assurance de pouvoir participer aux prochaines courses du championnat.


Simona De SilvestroToutefois, à São Paulo, c’est Simona De Silvestro qui s’est montrée la plus brillante. Qualifiée pour ses débuts dans la discipline à la 11e place, elle s’est même offert le luxe, par la grâce d’une stratégie décalée, de mener la course, avant de rétrograder suite à des ennuis mécaniques. Agée de 21 ans, la Suissesse s’est révélée ces dernières années dans le championnat de Formule Atlantic, qu’elle fut toute proche de remporter en 2009. Pour peu qu’elle confirme son niveau de performance lors des prochaines courses, nul doute que son nom commencera à circuler du côté des paddocks de Formule 1…



_________________________________


* "Revoir" car des femmes en F1, cela s’est déjà vu par le passé


Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog