F1 Fiction


Mercredi 16 juillet 2008

 

/F1fiction_petit.jpg
retour vers le sommaire 

Opération Formule Rose
Chapitre 18 :


De Cedric@femin-F1.com à Directrices@femin-F1.com

    Sujet : L’invasion des lemmings

Bonjour,

Le local technique de notre soufflerie subit en ce moment une invasion de lemmings. Pas de panique ce n’est que le nom que nous avons décidé de donner aux ordinateurs qui constitueront la « Gride » qui se chargera de traiter les données provenant de la soufflerie.

Les 100 machines prévues pour la première étape sont en cours d’installation et les tests commenceront au début de la semaine prochaine.

Pour le moment, nous sommes parfaitement dans les temps pour que la soufflerie soit mise en service à la date prévue.

Bonne journée.

Cédric

 

De Directrices@femin-F1.com à Cedric@femin-F1.com

    Sujet : Extermine la vermine !


Bonsoir Cédric,

Désolées que tu ne sois pas avec nous ici à Istanbul, mais nous tenons à ce tu supervises en personne l’assainissement de notre soufflerie. Nous en avons trop besoin et pour bientôt ! Les gars ont vraiment bien bossé sur la FF148. Dès que la soufflerie est clean, les flancs de notre bébé devront être caressés par notre vent en boîte !

Bon courage et tiens-nous au courant.

Nous !

 
 


Quand le Femin-F1 Team débarque à Istanbul, le temps n'est pas de la partie. La piste est humide et la température bien plus basse que prévue. L'ambiance est un rien morose.


En arrivant dans les stands, l'équipe réalise qu'elle a perdu un de ses voisins habituels. Les Super Aguri sont absentes : la maison mère leur a coupé les vivres, imposant l'arrêt de leur activité.

 

« La formule 1 est une discipline difficile et couteuse » nous confie Alban. « Les petites équipes doivent se battre autant sur la piste qu'en dehors pour survivre. Super Aguri était une très bonne équipe qui avait su faire progresser sa voiture malgré tout. Je me souviens que l'année dernière, ils étaient vraiment compétitifs. »

 

Eleana exprime les mêmes regrets : « C'est dommage pour Takuma et Anthony. Les places sont chères en F1 et en supprimant une équipe, ça devient encore plus dur. J'espère qu'ils pourront se relever et je leur souhaite bonne chance pour la suite de leur carrière. » La pilote ajoute avec un sourire maussade : « Nous avons eu l'occasion une ou deux fois de partager un thé en observant la fin des qualifs. »

 

Le vendredi matin, les 40 premières minutes de la séance d'essais libres sont peu animées avec quelques pilotes en piste seulement. Les conditions sont trop mauvaises pour recueillir des informations intéressantes. Cependant, Eleana fait partie de ceux qui tournent beaucoup dans ces premiers instants. La jeune Italienne a besoin de se familiariser avec le tracé stambouliote et notamment le super 8, un virage redouté par tous et qui peut ruiner les espoirs des pilotes dans un tour rapide. Les F1 passent bien plus vite que les monoplaces du GP2.

 

Une fois revenue dans le garage, c'est une Eleana déjà un peu marquée physiquement mais souriante qui partage ses impressions avec Alban et les ingénieurs. Dans la seconde partie de la séance, la piste s'améliore et tous les pilotes signent des chronos instructifs.

 

L'après-midi, les conditions météo s'aggravent, Une averse mouille encore la piste et la température reste fraiche. Les lunettes de soleil sont remisées au fond des stands et les blousons remplacent les chemisettes. Encore une fois la collecte des data s'avère compliquée en début de séance. Eleana et Alban peinent à faire monter leurs gommes en température. Heureusement, les choses s'arrangent en cours de séance.

 

Le samedi, lors des qualifications, les deux pilotes éprouvent toujours quelques difficultés. Eleana ne parvient pas à se hisser en Q2 et échoue à la 17è place. De son côté, Alban doit déployer tout son talent pour se glisser en 14è place, grâce à l'aspiration d'une Honda. Il ne peut faire mieux en Q2.

 

Dans le fond de l'allée des stands, les pilotes FF1 retirent leurs combinaisons trop chaudes et suivent la fin de la séance sur les moniteurs, en compagnie des directrices du team. La Q3 est comme un jeu vidéo où les pilotes rivalisent de vitesse et d'adresse pour réaliser un temps de rêve. Lewis Hamilton glisse dans le fameux virage 8 et perd ses chances de réaliser la pole position.

 

Le dimanche matin, des rumeurs remontent le long des paddocks et des journalistes se pressent devant les stands du FF1Team. Les mécaniciens tentent tant bien que mal de faire respecter leur espace vital. C'est Priss en personne qui vient calmer les esprits.


Au fond, les deux pilotes du team sont en grande discussion avec Takuma Sato et Anthony Davidson, les deux anciens titulaires de Super Aguri. Si les plaies ont encore du mal à se refermer, ils affichent malgré tout un large sourire et paraissent parfaitement décontractés. Ils passent un long moment loin des caméras et des micros à parler de F1 bien sûr, mais de beaucoup d'autres choses également.

 

Priss, la responsable des relations publiques, explique: « Nous avons pris l'initiative d'inviter Takuma et Anthony à assister au GP de Turquie. Leur mésaventure aurait pu arriver à n'importe qui et surtout aux petites équipes comme la nôtre. Nous ne voulions pas qu'ils partent de façon brutale, dans l'indifférence générale. »

 

La course des deux voitures FeminF1 se passe sans problème particulier. Eleana parvient à reprendre quelques places grâce à de belles manœuvres et à remonter jusqu'à la 13è place, juste derrière la McLaren de Heikki Kovalainen. Les nombreux tours qu'elle effectue derrière le Finlandais sont très instructifs pour la jeune italienne. Alban, quant à lui, termine juste devant, à la 11è place.

 


Toujours pas de point pour Eleana et Alban, mais un week-end entre rire et larme, riche d'enseignements.

Par Team Fémin-F1
Recommander - Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire

Mercredi 11 juin 2008
/F1fiction_petit.jpg
retour vers le sommaire 

Opération Formule Rose


Chapitre 17 : En route pour Barcelone

                                                            
                                                              

De Didier@femin-F1.com à Marnie@femin-F1.com
cc
Grenad_in@femin-F1.com
    Sujet : Nouvel aileron révolutionnaire!

Chères boss,
J’ai enfin la joie de vous annoncer l'arrivée de notre nouvel aileron avant : « révolution-R ! ». Après plusieurs galères et autres retard, je peux vous assurer que tous les membres du département composites ont travaillé sans relâche pour finir la conception de l'aileron dans les délais… Je tiens à les féliciter.
La soufflerie ½ n’étant toujours pas opérationnelle, nous devons nous contenter des résultats de notre super logiciel et le département aérodynamique vient de donner le feu vert pour des essais grandeur nature. Révolution-R vous sera donc livré à Barcelone pour les essais dans quelques jours. (J’avoue être impatient de découvrir la pléthore de nouveautés des autres teams).
Pour en revenir à notre nouvel aileron, il devrait nous apporter, outre un appui et un écoulement du flux d'air amélioré, un meilleur travail du train avant et des pneumatiques Bridgestone.

Pour faire bref concernant les aspects techniques : au-dessus et en continuité avec l'aileron apparait un appendice aérodynamique. Formé par 2 parties distinctes, avec entre les deux une configuration angulaire bien précise et modulable suivant les courses, il permettra de mieux contrôler le flux d'air sur toutes la partie arrière de la voiture.
Il sera désormais possible de créer une légère différence d'appui entre les deux roues du train avant pour gagner de précieux centièmes dans certains virages (avantage non négligeable pour des circuits urbains tels que Monaco, Singapour ou encore Valence). Petite précision : nous avons bien pris en compte vos considérations écologiques. Ainsi, les nouvelles réglettes ont été conçues avec des fibres naturelles, leur position dans la monoplace ne nécessitant pas des propriétés mécaniques trop poussées.
D'autres innovations aérodynamiques sont en course d'étude, principalement sur l'arrière de la monoplace (aileron arrière et capot moteur), sans oublier le travail sur les différents déflecteurs selon les configurations des circuits. En espérant pour les tester dans notre future soufflerie.
Bonne semaine d’essais et rendez-vous pour le GP.
Didier.


Trois semaines. Trois longues semaines se sont écoulées depuis le Grand Prix de Bahreïn. Trois semaines qui ne furent pas de trop pour gérer les questions logistiques.



De Emylie@femin-F1.com à Didier@femin-F1.com
Cc
Directrices@femin-F1.com
    Sujet: Des ailerons révolution-R dans les airs !

Bonjour Mister Composites !
Voyant que l'aileron révolution-R est enfin terminé et dans les temps, je me suis hâtée d'en organiser le transport jusqu'à Signes pour un assemblage imminent en vue du week-end espagnol. Le transport s'effectuera en seulement 75 minutes ! Merci les avions !
Il ne reste plus qu'à savoir combien d'aileron vous comptez transporter: six, dix, plus ? Je serai déjà sur place afin de réceptionner le matériel et vérifier que le transport n'aura pas d'effet néfaste sur nos ailerons.
Je compte sur la rapidité de notre atelier pour agir au plus vite afin de commencer ces fameux tests rapidement !
Bonne journée !
Emylie


De Didier@femin-F1.com à Emylie@femin-F1.com
Cc 
Directrices@femin-F1.com
    Sujet: RE : Des ailerons révolution-R dans les airs !

Bonjour Emylie,
Pour le moment malheureusement seulement trois ailerons révolution-R sont disponibles à Signes. Nous avons eu une rupture hydraulique sur une de nos machines majeures de production et cela a entraîné un retard dans la production... Heureusement, l'équipe technique a travaillé en continu pour tout réparer et tout est rentré dans l'ordre assez rapidement. D'autres ailerons seront donc préparés dans les prochains jours mais il ne faudra compter que sur ces trois là pour le week-end Espagnol, en espérant que nos pilotes n'en casseront pas !
Bonne chance pour le transport !
Didier


Et il n’y pas que les voitures qui nécessitent une organisation de pro.


De Sywel@femin-F1.com à Team@femin-F1.com
    Sujet : On ne dormira pas en diagonale

Bonjour à tous,
Je viens de recevoir confirmation de notre réservation de la part de l'hôtel Diagonal à Barcelone. Certes, ce n'est pas l'hôtel le plus près puisque c'est à un peu plus de 10 km du circuit mais je pense que nous serons bien installés.
Les 81 chambres de l'hôtel sont entièrement réservées pour le team et le style de l'établissement correspond bien à l'équipe !
C'est un 4 **** et bien sûr, pour notre ami Cédric, il y a le Wifi et une belle salle où nous pourrons faire divers briefing, réunions et autres.
Nous avons également organisé un service de navettes (12 min de trajet jusqu'au circuit), il y aura 10 aller-retour par heure, voire plus si nécessaire et bien sûr gratuit pour les membres du staff alors surveillez vos boîtes aux lettres car vous recevrez vos petits Pass magiques, en recommandé, of course !
Pourquoi un tel luxe me direz-vous ? On travaille dur, non ? On l'a bien mérité mais c'est aussi grâce aux contacts de Sonia, qui va souvent à Barcelone, que nous avons pu avoir la chance de réserver ce superbe hôtel ! Les restaurants, eux ne seront pas un problème puisque nous avons l'embarras du choix sur le circuit et à proximité.
Je crois que j'ai tout dit. Ci-joint quelques photos de l'hôtel.
A bientôt !
Sywel


En plus de la logistique inhérente aux déplacements sur les circuits, les équipes ont travaillé sans relâche pour présenter des nouveautés. Le Femin-F1 Team ne fait pas exception puisque l’équipe a dans ses bagages de nombreuses innovations.



De
Cedric@femin-F1.com à Team@femin-F1.com

    Sujet : Juliette et Mrs. Peel sont bien arrivées


Bonjour,
Juliette et Mrs. Peel sont bien arrivées. Pour rappel, derrière ces noms se cachent le firewall et le central téléphonique qui nous suivront sur tous les circuits.
Leur installation est maintenant terminée et tout est prêt pour effectuer la première vidéo conférence de l’histoire du team.
Bon GP a tous.
Cédric

 

Le grand-prix d'Espagne du Fémin-F1 Team


En ce jeudi 24 avril, le F1-Circus est de retour en Europe sur le circuit de Barcelone. Un tracé où les pilotes ont beaucoup tourné tout l'hiver et pour une session d'essai une semaine plus tôt. Eleana, Alban, ainsi que le pilote essayeur, Issa, y ont testé nombre de configurations et n'en ont retenu que celles jugées les plus efficaces. Avec le gel du développement des moteurs, le plus gros du travail se fait autour du châssis et de l'aéro. La FF140 se présente alors avec un aileron avant légèrement modifié.

« C'est sympa de revenir en Europe. On bénéficie des premières évolutions sur la monoplace et on peut profiter au mieux de nos installations françaises » confie Alban.

La pilote Italienne préfère nous parler de cette manche Espagnole : « Nous connaissons bien le circuit de Catalunya pour y avoir fait beaucoup de kilomètres. C'est un avantage car nous n'avons pas à tâtonner pendant des heures pour trouver le bon set-up. Mais c'est aussi un inconvénient dans le sens où il sera difficile de faire ou de combler les écarts avec les autres écuries. » Lorsqu'elle est interrogée sur les progrès de l'écurie, elle a un léger sourire :
« Tout le monde a énormément travaillé pendant ces presque 3 semaines et j'espère qu'on aura progressé un peu plus que certains. »

Les deux pilotes titulaires du
Femin-F1.com Team s'installent dans leur baquet avec la ferme intention d'en découdre. Les premiers essais du vendredi matin sont plutôt encourageants. Dans une ultime tentative avec un train de pneus neufs, Eleana signe un très bon 11è temps. Lors des EL3 où les Ferrari et les McLaren brillent par leur absence, elle parvient même à entrer dans le top 10. Alban roule avec plus d'essence mais semble satisfait de ses roulages.
Comme souvent, c'est la bonne humeur qui prime dans le paddock FF1 et les discussions vont bon train.

Le samedi, les essais qualificatifs
démarrent bien pour nos deux pilotes puisqu'ils passent en Q2. Des acclamations ponctuent cet événement dans le garage. Bien sûr la deuxième session est plus difficile. Malgré tout, Eleana et Alban défendent leurs chances et terminent respectivement en 14 et 15è position. Encore une fois, les deux pilotes suivront la Q3 depuis leur stand.

La jeune Italienne reste un peu dubitative lorsque Fernando Alonso manque de peu la pôle position. Devant son écran de contrôle, elle applaudit poliment la belle performance et échange quelques mots avec Alban et les ingénieurs. Quand on lui demande ce qu'elle pense du nouveau capot moteur de la Renault, la belle éclate de rire : « Je crois que le plus intéressant avec le nouveau capot, c'est la place disponible pour les annonceurs. Plus sérieusement, il y a certainement de nombreux autres paramètres qui entrent en ligne de compte. Tout le monde a fait beaucoup de modifications. C'est formidable pour Fernando de pouvoir se battre devant son public. »

Au départ de la course
, tout se passe bien pour les deux pilotes FF1T. Pour une fois, leur position relativement haute dans la hiérarchie leur permet d'éviter les accrochages de fond de grille, en l'occurrence, Vettel et Sutil.
L'Italienne s'élance très bien et se porte à la hauteur de Button. Elle s'accroche à l'extérieur et profite de la bonne trajectoire au virage suivant. Le pilote Honda, un peu surpris par la manœuvre se laisse également déborder par Alban. Les deux pilotes gagnent encore une place lorsque Piquet part au large.

La suite de la course est somme toute assez tranquille. Eleana ne parvient pas à attaquer Nakajima malgré plusieurs tentatives lointaines au virage n°8. Elle se ravise plusieurs fois en constatant que ça ne passe pas.

Finalement, les écarts se creusent et les positions se figent.

La sortie de piste violente de Kovalainen provoque l'entrée de la voiture de sécurité. Eleana et Alban demandent tout de suite à leur stand qui est sorti. La directrice les informe mais elle n'oublie pas de les rappeler à l'ordre avec un « Keep focus ! »

La course doit donc continuer, même si les pilotes parviennent difficilement à évacuer les images de leur esprit. Bizarrement, Eleana reste particulièrement attentive aux réactions de sa monoplace. Les bruits, les vibrations se font plus présentes. Rassurée par le grondement régulier de son V8 Intrepide, elle revient dans sa course.

Nick Heidfeld doit rentrer au stand pour effectuer une pénalité. Lorsqu'il ressort, il est juste derrière les deux FF140. Le pilote BMW n'a besoin que de quelques centaines de mètres pour passer les deux voitures. L'écart entre les deux moteurs est criant. Malgré tout, Eleana et Alban s'accrochent et parviennent à améliorer leurs temps.

A quelques tours de l'arrivée, Alban doit s'arrêter au bord de la piste ; boîte de vitesse cassée.
Quel dommage ! C'était le quatrième et dernier GP avant le changement de la boîte. L'inquiétude s'empare du garage Fémin-F1. La voiture d'Eleana tiendra-t-elle le coup ? D'autant que la belle italienne ne ménage pas sa monture et continue d'attaquer. Elle revient fort sur Fisichella. Et encore une fois, elle bute sur la monoplace qui la précède. La pilote met la pression mais la Force India résiste jusqu'au drapeau à damier.

Alban est un peu déçu, mais estime que le résultat de son écurie est plutôt bon :
"c'était un bon grand prix. On l'a souvent répété pendant le weekend, mais c'était un tournant important dans la saison. Tout le monde à fait un bond en avant et on n’a pas été distancés. L'équipe a énormément travaillé depuis le début de la saison. C'est primordial pour nous de rester au contact des autres pour espérer gagner des places. »

Eleana d'ajouter :
« Il nous manque encore un peu de puissance, mais nous sommes confiants. »

Dans le garage, une agitation étrange règne. Alors que l'équipe technique prépare le départ, les autres membres n'oublient pas le pilote finlandais, Heikki Kovalainen. Entre deux interviews aux médias, tout le monde ajoute un mot amical dans une carte accompagnée d'un bouquet de fleurs. Les filles tirent au sort pour savoir qui aura la lourde tâche de présenter les vœux de convalescence.

Par Team Fémin-F1
Recommander - Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire

Mardi 13 mai 2008
/F1fiction_petit.jpg
retour vers le sommaire

Opération Formule Rose


Chapitre 16 : Eleana en toute simplicité

A l’issue du GP de Bahrein, le Fémin-F1 Team dispose de trois semaines pour préparer son débarquement en Europe avec les essais privés et le prochain GP en Espagne. Les pilotes en profitent pour prendre quelques jours de repos bien mérités chez eux. C’est l’occasion choisie par un grand quotidien sportif argentin pour réaliser un portrait d’Eleana Giambelli. Un envoyé spécial vient donc à sa rencontre en Italie.

Il est encore tôt ce samedi matin quand le journaliste arrive sur la Piazza del Plebiscito. La ville de Naples se réveille à peine, mais déjà les premiers touristes flânent et les commerçants aménagent leurs terrasses sous les immenses arcades entourant le Palais Royal. Si le soleil est bien présent, il peine à réchauffer l'atmosphère. La température est tout de même agréable ; bien assez agréable pour se balader dans les rues de la cité.


Installée à une table, Eleana Giambelli regarde la grande place se remplir tout en sirotant un chocolat et en discutant au téléphone avec Priss.
-" Je crois que c'est lui... Souhaite-moi bonne chance. "
-" Tout va bien se passer. Je te fais confiance ! Tiens-moi au courant. S'il y a le moindre souci, tu m'appelles ! Sinon, on se voit la semaine prochaine. "

La jeune femme inspire profondément, pose ses lunettes noires sur la tête et dévisage l'homme qui se dirige d'un pas gauche vers elle. Il porte une veste grise et épaisse. Une sacoche énorme pend sur le côté. Il a le teint pâle, le regard d'un homme fatigué. Bref, il paraît aussi à l'aise qu'un autochtone et aussi décontracté qu'un touriste. Il semble perdu et poussé par une force inconnue vers la belle italienne.

-" Bonjour, Miss Giambelli, je me présente, Macario Del Peregrin, journaliste au Hoja de Deporte. Nous avons rendez-vous. "
-"En effet. Bienvenue chez moi. "

Après avoir échangé les amabilités d'usage et partagé un croissant, Eleana et Macario se dirigent vers la grande galerie marchande. La jeune femme détaille les vitrines avec un œil aiguisé. Le journaliste, quant à lui, dégaine son carnet de note et griffonne des commentaires à toute allure. L'interview peut commencer.

Comment avez-vous découvert la F1 ?
Oh j'ai toujours connu la F1. Je regarde depuis toute petite avec mon grand frère et mon père. Depuis mes débuts en compétition de karting je veux courir en F1, c'est le rêve de tous les jeunes pilotes.

Comment vos parents ont-ils réagi ?
C'est banal à dire mais ils m'ont toujours soutenu, même s'ils ont été surpris dans un premier temps quand j'ai commencé à battre mon frère sur la piste !


Vous encourageaient-ils à courir ?
Ils ne m'ont jamais poussé. Ce n'est pas une carrière facile pour une fille vous savez, mais je sais que c'est ma place et ils sont à mes côtés. Mon grand frère par contre m'obligeait à me surpasser, il ne voulait pas être le seul gars à se faire battre par une fille !!


Macario ne peut s'empêcher d'admirer l'allure de la belle. Habillée d'un long haut blanc avec une ceinture soulignant sa poitrine, d'un pantacourt et de chaussures ouvertes, Eleana est parfaitement à l'aise dans sa tenue estivale.

Quelle était la réaction des garçons quand ils vous voyaient grimper dans une monoplace ?
J'ai eu droit à toutes sortes de réactions, des commentaires machos ou des encouragements en passant par une indifférence méprisante. Même si j’aimerais pouvoir dire que je suis passée outre dès le début, je dois admettre que les commentaires désobligeants m’ont blessée. En progressant, je me suis affirmée et j’ai acquis la certitude que la course est faite pour moi. J’ai alors appris à me servir positivement de ces remarques pour en faire une motivation supplémentaire. Mon entourage m’encourage d’ailleurs dans cette voie en ne m'épargnant aucune remarque positive ou négative. A moi de leur montrer à tous qu’ils ont tort et de prouver qu’une fille peut réussir dans la course automobile sans jamais oublier l’essentiel : le plaisir !


Justement, que répondriez-vous à ceux qui estiment que les femmes n'ont pas leur place en F1 ?
Je réponds sur la piste, maintenant que j'en ai la possibilité. C’est la meilleure des réponses. Rien ne sert de discuter avec ces petits esprits. Je préfère la démonstration à l’argumentation stérile.


Y a-t-il un pilote (passé ou actuel) que vous admirez ?
Gilles Villeneuve est une légende en Italie. Je suis née après sa mort mais je connais son palmarès sur le bout des doigts, j'ai vu ses courses c'était un très grand pilote ! Et puis il y a aussi Lella Lombardi la seule femme à avoir marqué un point en F1.


Et que vous détestez ?
Si je cite des noms je vais me faire des ennemis ! Détester, le mot est fort. Disons que je n'ai pas apprécié les commentaires de certain à propos d'une femme en F1. (Dans un éclat de rire) Oh mais j'allais oublier, il y a bien sur Alban Rostand, cet incorrigible farceur !


Racontez-nous vos deux victoires en GP2.

J’ai remporté ma première course à Magny-Cours. Le week-end s’était très bien passé, nous avions bien travaillés jusque là et je me sentais en pleine confiance. Je dois avouer que ce fut une victoire assez facile, je n’ai pas rencontré de difficulté particulière, tout se passait parfaitement. Une fois franchie la ligne d’arrivée j’ai vraiment pris conscience de ce qu’il m’arrivait et j’ai pris un grand plaisir sur le podium. Toute mon équipe était ravie !!!
La deuxième, à Monza, me tient plus à cœur. J’avais vraiment envie de réaliser un bon week-end chez moi en Italie. Je me suis donc battue pour être au meilleur de la voiture. La course fut plus dure, mais j’avais une telle envie de réussir dans mon pays que ma volonté à pallier les quelques défaillances de la voiture. C’est réellement un de mes meilleurs souvenirs en course.

Eleana s'arrête devant une vitrine pour admirer une robe à la teinte rouge vermillon.
" Qu'en pensez-vous ? " demande-t-elle.
" C'est une jolie couleur. D'ailleurs...


Ferrari est une marque mythique en Italie. Depuis Nicolas Larini en 1994, il n'y a pas eu de pilote italien en rouge. Est-ce un rêve pour vous ?
Oui et non. Tout italien à une tendresse particulière pour la Scuderia et tous les pilotes rêvent de cette écurie mythique mais je ne suis pas obnubilée par cette envie. Et puis j'ai été tellement bien accueillie dans le Fémin-F1 team que je me vois bien faire un bout de chemin avec !


Puisque vous en parlez, j’aimerais en savoir plus sur votre écurie. Comment décririez-vous votre équipe ?

Jeune et féminine ! Mais ce qui est surtout remarquable, c'est le travail fourni par chacun pour qu'on progresse... Tant que la nuit n'est pas tombée, vous trouverez toujours quelqu'un à l'usine ou sur le circuit en train de travailler. C'est agréable ! Je suis sure qu'on va progresser rapidement...

Pour en revenir à l’Italie, Alberto Ascari a été le dernier champion du Monde de F1 italien, ça remonte à 1953 ! Qui sera le prochain, d'après vous ?
(Avec un sourire qui en dit long) Les jeunes pilotes italiens ne sont pas nombreux en F1 pour le moment… Mais au moins l’Italie reste très présente en F1, tant côté écurie que chez les pilotes !


Justement parlons de vos compatriotes.
Discutez-vous avec Jarno Trulli et Giancarlo Fisichella ?
Jarno est un ami de très bon conseil ! Nous nous voyons parfois hors des circuits et j'adore son vin ! En revanche, je connais très peu Fisichella. Je ne l'ai croisé que quelques fois dans le paddock de GP2, mais il m'a quand même félicité pour mon arrivée en F1.

Alban Rostand a déjà une expérience de la F1. Comment se passe vos relations avec lui et le reste de l'équipe ?
Alban est un sacré numéro mais en débrief il est toujours très professionnel. D'un commun accord nous avons décidé de tout partager pour progresser le plus vite possible, ce n'est pas comme si on se battait pour le titre… l'union fait la force. L'équipe est jeune, peu expérimentée alors on apprend ensemble : c'est un challenge très motivant.


Que pensez-vous des performances de votre FF140 ?
Ce n'est pas la révélation de l'année, le châssis date un peu mais on progresse et j'attends avec impatience la FF148 !


Quel est votre objectif pour cette saison ?
Terminer un maximum de course et montrer que je mérite ma place en F1.


Comment préparez-vous les Grand Prix ?
J'étudie les tracés avec mes ingénieurs, je « pilote » sur des jeux de simulation vidéo pour les apprendre et j'écoute attentivement les conseils que l'on me donne.

Vous ne souffrez pas trop de la pression ?
Il faut apprendre à la gérer. Mon secret c'est ma bande pote qui m'aide à relativiser et à garder les pieds sur terre.


Être une femme vous apporte-t-il des avantages ?
On me tient souvent la porte dans le paddock et j'ai un pit-boy !

Des inconvénients ?
(Sourire malicieux) Casque et cheveux long ne font pas bon ménage, ils sont désespérément aplatis et électriques : une horreur !


Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux jeunes femmes qui voudraient vous imiter ?
Il faut persévérer, ne pas écouter les machos et travailler dur.


Après avoir déambulé dans les longs couloirs tout en discutant, Eleana sort de la galerie, suivi par un Macario écarlate, le souffle court. Le soleil désormais haut dans le ciel réchauffe la grande place et n'arrange pas les affaires du pauvre journaliste.
-" Vous ne prenez rien ?" Questionne-t-il un peu incrédule.
-" Non, ce sera pour la prochaine fois. "
-" Et bien merci pour cette entrevue. "

Le téléphone de la belle sonne dans sa poche.
- " C'était un plaisir. Excusez-moi, c'est ma directrice. "
 
Par Team Fémin-F1
Recommander - Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire
Créer un blog sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés