Mercredi 6 janvier 2010 3 06 /01 /2010 14:00

Le petit Rosberg 
spirito sano in corpore sano


Il sera le deuxième Allemand de la nouvellement renommée écurie Mercedes. Focus sur l'équipier oublié des médias : Nico Rosberg.

Le patronyme prestigieux est bien connu des passionnés de F1. Nico est bien le fils du champion du monde 1982 « Keke » Rosberg, mais doit-on ne retenir que ça du fiston ?

Rosberg enfantLe sport auto a toujours fait partie de l’univers du jeune Nico. Né le 27 juin 1985 à Wiesbaden en Allemagne, Nico possède la double nationalité : Finlandais par son père, Allemand par sa mère Sina. C’est cependant à Monaco qu’il a grandi. De son enfance monégasque, il évoque parfois un souvenir marquant : avoir été réveillé par le bruit des monoplaces lors d'un GP de Monaco et être émerveillé par ce bruit si particulier. Quelque part son avenir était déjà tout tracé !

La flamme de la passion allumée, c’est tout naturellement qu’il commence sa carrière en karting dès l’âge de 10 ans. Déjà il y fait preuve d' un certain talent. En 1997, il devient champion de France de Kart Minimes. L’histoire est en marche ! Il enchaîne les championnats de karting en Italie et en Europe où il fait ses classes. Après de nombreuses victoires et podiums, il accède enfin au championnat BMW en 2002. L’apprentissage sur monoplace peut enfin commencer. Nico réalise une superbe saison et gagne le championnat dès la première année ! Un exploit qui lui ouvre les portes de la F3 où il fait deux belles saisons en terminant 8ème puis 4ème du championnat. 
Lire la suite ...

En 2005, Nico entre dans l’antichambre de la F1 : le GP2. Pilote de l’écurie française ART Grand-Prix, il fait une saison éblouissante au côté d’Alexandre Prémat en remportant le titre dès sa première saison dans la discipline. Avec 12 podiums dont 5 victoires, il finit devant un certain Heikki Kovalainen. D’autres pilotes alors inconnus le côtoient également : Nelson Piquet Jr et Scott Speed notamment. Comme eux, et auréolé de son titre, Nico va pouvoir réaliser le doux rêve de nombreux pilotes : courir en F1 !

Dès 2006, Nico signe chez Williams, l’écurie même où son père gagnait le titre de champion du monde 24 ans plus tôt. A peine arrivé, il se fait remarquer grâce à ses impressionnantes connaissances. Doté d’une immense envie de savoir combinée à un véritable amour pour la F1, il est invité par Williams à passer un test comme tout nouveau pilote entrant dans l'écurie anglaise : un QCM de 36 questions à finir en 45 minutes. Au final, il a tout simplement obtenu la meilleure note de tous les pilotes jusque-là et a même été félicité par son directeur technique, Sam Michael le soir même.

En piste, il fait aussi rapidement forte impression. Sa première course se déroule à Bahreïn où Nico étonne en réalisant le meilleur tour et en terminant dans les points à la 7ème place ! Hélas, le reste de la saison ne sera pas aussi brillant. Son manque d’expérience et le manque de fiabilité de son moteur le conduiront à ne terminer que 17ème avec 4 petits points. 

Nico s’accroche et continue l’année suivante dans l’écurie chère à son cœur, Williams, avec un nouveau moteur Toyota et un nouveau coéquipier Alexander Wurz. Cette saison 2007 lui réussit mieux. Il réalise de belles qualifications et courses faisant de l’ombre à Wurz. Nico s’invite dans les points à 7 reprises et termine cette belle saison à la 9ème place du championnat pilotes avec 20 points. Le progrès est notable !

2008 : beau début de saison pour Nico qui rempile avec Williams et nous offre enfin un podium en se hissant 3ème dès la première course en Australie ! Tout semble lui sourire… temporairement seulement car ses performances sont inégales. Il termine tout de même 3 fois à la 8ème place. Mais arrive la catastrophe, chez lui, à Monaco : il percute le rail au niveau du port et doit abandonner ! Lors de la seconde moitié de la saison, il nous redonne de l’espoir en terminant 2ème du premier Grand-Prix nocturne à Singapour ! Cette saison s’achève avec 17 points et une 13ème place au finish.

Lors des transferts, beaucoup le disait en partance pour McLaren mais Nico reste chez Williams, une écurie qui compte beaucoup pour lui. La saison 2009 démarre avec l’Australie où il termine 6ème. Nico enchaîne les dernières phases de qualifications et les belles courses. A Monaco, il se hisse 6ème puis 5ème en Turquie et en Grande-Bretagne. En Allemagne, il se montre encore plus en forme en terminant au pied du podium. Une 4ème position qu'il renouvelle en Hongrie. Avec une nouvelle 5ème place au GP d’Europe puis une 8ème place en Belgique, Nico ne s’arrête plus ! Il rate une belle occasion de podium à Singapour en mordant la ligne de sortie des stands, ce qui lui vaudra une pénalité. Il achève cette magnifique saison avec une 9ème place à Abu Dhabi, à la porte des points. Avec 34,5 points, il est 7ème du championnat du monde.

Pour 2010, Nico signe avec Brawn devenu Mercedes. Au revoir Williams ! S’il continue sur sa lancée, avec une progression continue, Nico pourrait décrocher sa première victoire rapidement. De quoi le conforter dans son choix de carrière. En effet, si son « destin » le pousse en F1, Nico aurait très bien pu embrasser une autre carrière avec tout autant de réussite. Il avait l'intention d'entrer dans le prestigieux collège impérial de Londres pour étudier l'aérodynamique mais on sait qu'être pilote et étudiant, ce n'est pas possible. Nico a vite choisi !

nico rosberg
Son intelligence est un atout dans sa vie de pilote. Non seulement il peut se servir de ses très bonnes connaissances en maths et physique pour parler avec ses ingénieurs, mais puisqu’il est également polyglotte (il parle l’anglais, l’allemand, le français, l’italien et l’espagnol), il ravit les intervieweurs de la grille de départ. 

Au cours de ces nombreuses interventions devant la caméra, il se montre très posé, réfléchi et raisonné. Est-il de même dans la vie? On ne pourra pas vous répondre car à part quelques autographes et photos, nos équipes n'ont pu approcher plus le pilote blond. On le dit très fidèle en amitié. Il vit d’ailleurs toujours à Monaco, ville qu’il adore et je le comprends bien ! Il profite de son temps libre sur la côté d’Azur, pour retrouver ses potes de toujours, pour jouer aux cartes ou pour faire de la photographie, une de ses passions semble-t-il. Détail amusant : Nico est récemment retourné à Nice dans le lycée où il avait étudié juste pour se rappeler de bon souvenirs. Tous les ex-lycéens n’en feraient pas autant ! 

En dehors de ces balades nostalgiques, Nico, comme la plupart des pilotes, profite surtout de son temps libre pour faire du sport : entre autres, il adore le football, le snowboard, le tennis et l’escalade. Il doit aussi garder un peu de temps pour sa copine, car hélas pour nous ses fans, Nico a une copine depuis plusieurs années : Une belle allemande prénommée Vivian. Du moins, il semble que c’est toujours d’actualité car Nico est discret sur sa vie privée et c’est tout à son honneur ! Il vaut mieux être en couverture des magazines sportifs que des journaux peoples, même quand on est un « fils de », n’est ce pas ?!
Par Emylie - Publié dans : Un autre regard sur la F1
Recommander - Voir les 2 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Commentaires

Très bel article Emylie !
Normalement 2010 devrai être l'année de la révélation pour le "petit" Rosberg, si la voiture est bien la fille de la Brawn de 2009 !
Personnellement j'espère qu'il ne fera qu'une bouchée du Baron ex-rouge ;-)
Commentaire n°1 posté par Marine le 07/01/2010 à 19h36
Merci Marine! ;-)
Merci à vous, à Marie et à la team qui bosse très très bien!
Sans vous, cet article ne serait pas aussi réussi! ;-)
Me tarde aussi le départ de cette nouvelle saison pour voir ce que Nico peut faire avec cette belle écurie et de revoir Schumi! (même s'il se fait battre tantpis!! :-) )
Commentaire n°2 posté par emylie il y a 5 jours à 21h23
Créer un blog sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés