Dimanche 19 février 2012 7 19 /02 /Fév /2012 16:49

F1-news

 

Ciao Jarno !


Jarno-Trulli.jpgIl ya encore quelques jours, Jarno Trulli figurait parmi les pilotes titulaires pour 2012. Et puis v'là, Caterham annonce d'un coup que finalement c'est Vitaly Petrov qui sera le prochain coéquipier de Kovalainen, poussant Trulli vers la sortie, vers une retraite que l'Italien ne semblait pas vouloir prendre. 

Avec Trulli, c'est le dernier pilote italien à quitter le plateau. L'Italie souffre aussi dans la F1 moderne ! Mais revenons-en à Trulli. Jarno s'en va après 15 saisons en F1, et c'est vrai, une seule victoire. Mais une belle victoire : le GP de Monaco en 2004 sur Renault !


Jarno en statistiques c'est aussi 265 départs en GP, 246.5 points marqués, 4 pole positions, 11 podiums, 1 meilleur tour. Il aura roulé pour 6 écuries : Minardi (1997), Prost (1997-1999), Jordan (2000-2001), Renault (2002-2004), Toyota (2004-2009) et Lotus (2010-2011). 

 

Lire la suite ...

Ces plus belles saisons, il va les faire avec Renault. Et justement, Jarno arrive chez Renault au moment où  j'ai commencé à suivre la F1, et Trulli a été un des premiers pilotes que j'ai apprécié. Et le 1er pilote que j'ai rencontré en vrai quelques années plus tard, à Monaco en 2006. Un souvenir plus qu'agréable : la preuve en photo.


Trulli-Monaco-2006.JPGJarno Trulli, Sophie, Marie et Marine (Fémin-F1) - Monaco 2006


Alors forcément, c'est un pincement au coeur de dire "Au revoir" à Jarno même si c'était difficile de le voir "éteint" depuis quelque temps. L'Italien semblait las lors des week-end de GP l'an dernier : moins de sourires et une motivation pas vraiment flagrante dans une écurie en progression mais encore loin de pouvoir prétendre à entrer dans les points. Peut-être était-il temps d'arrêter les frais ?

 

La carrière de Jarno en quelques mots 

 

Quand il a commencé en 1997 avec Minardi, Trulli prend immédiatement l'ascendant sur son équipier et après seulement 7 GP change d'écurie pour rejoindre Prost en remplacement de Panis. Très bon en qualifications, il pêche par manque d'expérience en course. Il convint toutefois l'écurie française qui le titularise en 1998. S'il fait jeu égal avec Panis, les résultats ne sont pas au rendez-vous tant la voiture manque de performance et de fiablité. Il parvient toutefois à signer son 1er podium en 1999 sur une bonne stratégie. Son passage chez Jordan en 2000 lui permet de marquer un peu plus de points et d'asseoir une solide réputation dans le paddock. 

 

Trulli-coiffure-copie-1.jpgSoutenu depuis ses débuts par Briatore, il intègre Renault (dirigé par Briatore) en 2002. Aux côtés de Jenson Button, il confirme être très bon dans l'exercice des qualifications mais moins brillant en course. En 2003, Fernando Alonso est titularisé. Eclipsé par le nouveau-venu, Jarno parvient peu à peu à inverser la tendance au fil de la saison, sur une voiture de plus en plus compétitive. L'année suivante il continue sur sa lancée, faisant jeu égal avec son équipier et se battant avec les meilleurs pendant la 1ère motié de la saison ; avec en apogée, sa belle victoire à Monaco. C'est l'époque des grands sourires et des petites couettes sur le haut du crâne ! 


Trulli-renault.jpgTout s'arrête dans le dernier virage du GP de France. Trulli alors 3ème laisse malheureusement passer Barrichello. Une bourde que Briatore ne lui pardonne pas. La seconde moitié de saison est catastrophique pour Jarno. Il ne marque plus un seul point et critique ouvertement son équipe, l'accusant de favoriser Alonso (et on ne doute pas qu'il avait raison sur ce point). Les relations entre Jarno et son écurie se dégradent au point qu'il ne va pas terminer la saison : il est viré par Renault et remplacé par Villeneuve (c'est dire !). 

Mais Jarno ne va manquer qu'une seule course, puisque Toyota fait appel à lui pour terminer la saison. Toyota le titularise pour la saison 2005. Jarno débute très fort cette saison, mais une nouvelle fois, ses performances s'émoussent au fil de la saison et des questions reviennent sur son pilotage très efficace en qualifications mais moins en course. Les deux saisons suivantes sont plus compliquées, et Jarno ne marque que peu de points. Toyota lui garde toutefois sa confiance. 


En 2008 et en 2009, Toyota sort une voiture compétitive et Trulli renoue avec le podium, la pole position. Mais pas de victoire. A la fin 2009, Toyota quitte la F1 et cela aurait pu signer la retraire de l'Italien. Mais l'arrivée de 3 nouvelles écuries lui permet de rester sur les grilles de départ avec un grand nom de la F1 : Lotus. Grand nom, mais petite écurie. Très petite ! 

Deux saisons en fond de grille, sans coup d'éclat. La voiture s'améliore mais pas suffisament. Et Trulli ne peut plus rêver de remonter un jour sur un podium. Et visiblement Jarno ne fait plus rêver l'écurie qui s'en sépare la semaine dernière. Cette fois c'est fini, et il semble bien que Jarno ne puisse pas rebondir dans une autre écurie. 

 

A défaut d'une écurie, il va pouvoir retrouver le sourire dans son vignoble en sirotant son "Podere Castorani". 

 

Mais à moi, il va me manquer ! 

 

Ciao Jarno... 



Par Marie - Publié dans : F1 News
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés