Mardi 8 juin 2010 2 08 /06 /2010 18:56

 

Humour

  


  Aimer la F1 en 10 leçons

 


Parce que vous aussi vous vous êtes fait embrigader dans le monde de la F1... Parce qu'à Rome, on fait comme les romains... Parce que chaque histoire a son commencement !!

 

article_depart_f1.jpg

   

 Leçon n°1 : Ne vous fiez pas aux apparences : l'habit ne fait pas le moine.


formule-1-copie-1.gif La F1 est un monde qui vous est inconnu et, contrairement aux idées reçues, elle n'est pas faite que de paillettes et de champagne. Donc, pour l'apprécier je vous suggère soit d'effacer complètement de votre disque dur l'opinion que vous en aviez, soit de passer outre. Ensuite, venez découvrir la partie immergée de l'iceberg (pas si ice que ça d'ailleurs), et vous verrez que bien loin des préjugés, aimer la F1 c'est avant tout aimer les voitures, les moteurs, la vitesse, l'adrénaline...


Leçon n°2 : Trouvez-vous un maître Yoda de la F1 : que la force de la F1 soit avec toi !

Vous l'aurez compris, il s'agit de se trouver un ou des guides. En effet, tel un jeune padawan, il va falloir que vous fassiez votre apprentissage, acquérir un certain nombre de connaissances, les bases de la F1, et les consolider afin que vous puissiez avancer sur le chemin qui fera de vous un jeune chevalier Jedi de la F1 prometteur.
 

Lire la suite ...


Vieux-prof.gif Tant qu'à faire ne choisissez pas un guide trop ennuyeux (évitez le genre vieux prof' à voix  monocorde qui vous réciterait son manuel et qui vous endormirait en 1 seconde) parce que sinon c'est fichu.


Non, trouvez-vous une personne (ou plusieurs) dynamique, prête à répondre à la moindre de vos interrogations, et aux petits oignons avec vous. Bon j'ai dit dynamique pas enragée. Le bourrage de crâne qui risque vite de faire surchauffer votre caboche, de vous faire péter un ou deux plombs et au final de vous dégoûter de la F1... alors là non ! Il faut que ça reste un divertissement !


Leçon n°3 : La patience !


Patience et longueur de temps valent mieux que vitesse et précipitation... même en F1.


Vous êtes tel un nouveau-né qui vient tout juste de sortir du ventre de sa mère, et tout comme lui, il vous faudra tout apprendre. Mais il faut y aller pas à pas. Vous ne pouvez pas tout savoir en un claquement de doigts (après tout, vous n'êtes pas né en sachant marcher, parler, faire pipi, popo ...). En plus, cela pourrait être contreproductif parce que vous pourriez finir par tout mélanger... alors prenez votre temps !


Cela vaut également pour vos guides ! S'ils n'ont pas la patience requise : changez-en ! Votre formation en dépend. De toute façon, vous trouverez toujours une bonne âme pour vous aider.


Leçon n°4 : N'hésitez pas à poser des questions : qui s'instruit sans agir, laboure sans semer...

Questions.jpgN'oubliez pas que vous êtes un élève. Un élève reçoit l'apprentissage mais cela ne va pas que dans un sens. L'apprentissage doit aussi venir de l'élève lui-même, soit de vous. En effet, à un moment ou à un autre vous allez être confronté à la situation assez inconfortable de l'incompréhension totale des propos des aficionados que vous côtoyez et qui ont des années et des années de Grand Prix au compteur. Alors, n'ayez pas peur de paraître ridicule en posant les questions qui vous viennent à l'esprit, parce que le ridicule ne tue pas (ça se saurait croyez-moi !), et parce que cela vous permettra d'avancer, de progresser, et peu à peu le brouillard dans lequel vous avanciez au départ se dissipera.

 

 

Leçon n°5 : Choisissez-vous un favori !!!

Peu importe les raisons ; cela peut aller de la “bonne tête” du pilote à son comportement, de la couleur de sa monoplace à la nationalité de l'écurie, du talent du pilote à son classement dans le championnat. Certes, ce n'est pas indispensable mais cela peut aider à prolonger votre intérêt naissant pour la F1, et surtout cela vous permettra d'asseoir plus ou moins sérieusement votre statut de “rookie” parmi les fans de F1 que vous côtoyez.


Bien sûr, si vous ne fondez votre intérêt pour la F1 que sur votre favori, vous n'apprendrez pas à aimer vraiment la F1. Vous serez juste un(e) fan hystérique de plus qui serait susceptible de se mettre à hurler, pleurer, sautiller sur place ou vous rouler par terre en le croisant un jour (dans cette hypothèse très hypothétique évidemment). Plus sérieusement, votre intérêt faiblira et vous finirez par ne plus vous souvenir des raisons pour lesquelles vous vous êtes lancé dans cette aventure. Il faut juste que ce soit un petit plus.


Leçon n°6 : Le 1er week-end de Grand Prix

Rien ne vous oblige à suivre les phases d'essais et de qualifications qui se déroulent avant la course. Très honnêtement, si vous ne vous en sentez pas le courage, ne vous forcez pas. Il ne faudrait pas vouloir aller trop vite et vous dégoûter de la F1 en voulant trop en faire du 1er coup. Autant franchir un palier à la fois.


Le jour J, vérifiez bien l'heure de départ de la course, histoire de ne pas le rater ; ce serait vraiment dommage. J'attire votre attention sur le fait que dans certains cas (principalement lorsque les Grands prix ne se déroulent pas en Europe), l'horaire de diffusion peut être différent et notamment se trouver tôt le matin voire la nuit.

Je vous conseillerai également de vous libérer de tout ce jour-là. J'irai même plus loin.


do not disturb

Assurez-vous de n'avoir personne autour de vous pour vous jeter des regards réprobateurs devant votre soudain intérêt (qu'ils ne partageraient pas) ou même carrément pour vous déranger, histoire de vous embêter et de vous décourager . Bien évidemment, cela ne concerne pas que les personnes vivant sous le même toit que vous, mais également celles qui seraient susceptibles de vous appeler sur votre téléphone juste pour vous parler ou pour prendre de vos nouvelles. Qu'ils se le disent... désormais vous n'êtes plus disponible les jours de Grand Prix !!! Les répondeurs ne sont pas faits pour les chiens, il n'y a pas péril en la demeure, ils peuvent bien patienter 2 heures quand même !!!


Cependant, si vous ne parvenez pas à vous libérer le dimanche pour des raisons aussi diverses que valables, prévoyez une cassette et un magnétoscope et regardez-le en différé (le mieux étant tout de même d'éviter d'en connaître le déroulement et le résultat parce que même si ce qui importe n'est pas la destination mais le voyage entrepris, il faut être franc, cela pourrait tout de même vous priver de suspens et d'émotions intenses).


Leçon n°7 : Les soucis inhérents à la diffusion du Grand Prix

La diffusion du Grand Prix en France connaît quelques soucis de différents ordres.

- Le problème persistant des pipelettes ...

A notre grand désarroi, la diffusion des Grands Prix en France est accompagnée des bavardages incessants de personnes qui exercent la profession de commentateur auprès de la chaîne ayant acheté les droits de diffusion.

blabla
 Mon conseil principal : ne les écoutez pas !!! Et ce pour différentes raisons. Ils parlent pour ne rien dire (souvent) et leurs commentaires ne sont pas fiables. En effet, si vous êtes intrépides et que vous vous essayez à l'écoute de leurs babillages vous vous rendrez compte que fréquemment ils ont plus d'un train de retard sur l'action du circuit et qu'ils ont tendance, et ce de manière inquiétante tellement cela se produit à intervalles régulières, à se tromper sur le pilote d'une voiture, sur sa place...


Si par malheur vous ne parvenez pas à faire abstractions de ces voix, vous pouvez toujours vous payer le culot d'envoyer à la chaîne en question un courrier bien senti et proposer votre candidature puisque vous vous rendrez vite compte que vous avez au moins les mêmes capacités de compréhension et d'analyse que ces personnages.

- l'amputation du Grand Prix

pub.gifVous vous apercevrez également assez vite que le Grand Prix sera interrompu régulièrement pour une durée allant d'une dizaine de secondes (correspondant à un jeu à la noix) à 5 minutes environ (les maudites pubs). Vous serez donc susceptible assez souvent d'être privé d'actions cruciales voire mémorables.

 

C'est pourquoi je vous suggère de vous munir de votre ordinateur afin de suivre en direct ces actions sur des sites sportifs (notamment le live timing officiel). Disons que c'est une solution envisageable.

 

Bien entendu, la meilleure serait d'avoir des chaînes câblées ou le satellite, ainsi vous pourrez suivre la course sans risque de coupure sur des chaînes sportives (mais en rediffusion) ou étrangères (et pour ces dernières, l'avantage notable sera que vous ne risquerez pas d'être dérangé par les commentaires, surtout si comme tout français qui se respecte vous ne parlez que votre langue maternelle - moi sarcastique ? pas du tout...).


Leçon n° 8 : Le debrief


Faites un debrief du Grand Prix avec vos mentors. Cela pourra vous permettre d'éclaircir certaines choses que vous pourriez ne pas avoir comprises et de perfectionner votre apprentissage (c'est en forgeant que l'on devient forgeron après tout). En plus, vos pygmalions seront ravis d'avoir vos impressions même si votre analyse ne sera jamais aussi savante que les leurs.


Leçon n°9 : Le Partage

Comme tout sport qui se respecte, la Formule1 se partage. Vous verrez que regarder une course avec un ou deux aficionados (et plus si affinités) aura quelques avantages. Tout d'abord, ces acolytes pourront vous expliquer en live ce qui vous échappe. Et puis ce sera bien plus divertissant et drôle que de la visionner tout seul devant votre écran... surtout si la ou les personnes sont du genre hystéro, à insulter, à lancer la télécommande par terre ou sur l'écran !!! (N'oubliez tout de même pas de prendre certaines précautions comme vous tenir à une distance de sécurité pour éviter de faire les frais des emportements de vos comparses) .


Leçon n° 10 : Un Grand Prix en vrai

Eh oui... après tous ces efforts, l'aboutissement de votre apprentissage sera d'assister en vrai à un GP, un jour ou l'autre, dans cette vie ou dans une autre. Les sensations seront inégalables en comparaison de ce que vous vivez devant votre télé. Vous vibrerez des pieds à la tête (prévoir des bouchons d'oreilles histoire de ne pas trop vibrer au niveau de ces organes ultra sensibles).
Bien sûr, le mieux sera toujours d'être accompagné car, comme nous l'avons vu dans la leçon n°9, ce sport est synonyme de partage et ce sera le meilleur moyen de déguster et de savourer cette expérience comme il se doit.

 

f1_damiers.jpg

Par Aurore - Publié dans : Humour
Partager - Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés