Mardi 30 mars 2010 2 30 /03 /2010 18:30

 

Le GP d'Australie 2010
~ Analyse de la course ~


Un deuxième GP qui réconcilie avec la F1 ! L'entousiasme est de mise après la course autralienne, et ça se sent dans les notes attribuées par l'ensemble de l'équipe Fémin-F1. Consensus de la rédaction concernant la qualité du GP et consensus
également sur les bons et les moins bons points à distribuer.

Nos "Tops"

GP-Australie-2010-Button-vainqueur.jpgButton,
ou comment compenser un talent moindre et une voiture qui n'est pas la meilleure par un coup tactique génialement inspiré. C'était sa décision de rentrer aux stands mettre les slicks, pas celle de McLaren, soulignons-le. Une très bonne lecture de la course de la part du Britannique : une prise de risque mesurée (même si dans le premier tour nous ne devions pas être les seuls à penser "mais nondidiu, c'était trop tôt pour les slicks!!!") qui s'est avérée payante.

Son style de pilotage coulé (+ l’abandon de Vettel peut-être un peu quand même) a fait le reste. Une victoire méritée sur cette course.


Lire la suite ...

Le second pilote McLaren n’est pas en reste sur cette course. Ni victoire ni podium, mais une très belle course, pleine de fougue et de talent, façon "grand Hamilton". Pas de faute, rapide, pressant, opportuniste. Vraiment dommage que Webber ait oublié de freiner…

Chez Renault, les belles promesses entrevues à Bahreïn sont confirmées, la R30 est réellement une bonne voiture. Une vraie bonne surprise. Elle s’impose comme la 5ème force du plateau, vraiment pas loin des Mercedes et McLaren.


GP-Australie-2010-Renault-Kubica.jpg

Sur cette course, aidée par une course à rebondissements et des conditions un peu particulières, Kubica a rappelé à tous qu'il est un très bon pilote. Un bon départ, pas d'erreur et une belle et endurante résistance devant Hamilton et les 2 Ferrari. Une deuxième place qui fait plaisir.


Un départ calamiteux (patinage sur la bande blanche de la grille selon l'intéressé), puis frottement avec Button et tête à queue (en emmenant Schumi dans le décor), ça commençait mal. Oui mais, un Alonso contraint de repartir de la fin du peloton, bien souvent, ça donne du grand Alonso ! Une remontée fantastique dans le peloton, une grande maitrise dans la bagarre. Agressif, juste ce qu'il faut et une attitude de patron qui donne l'impression qu'il est là depuis toujours (son « I don’t want to know ! » - hurlé à son ingénieur pour l’envoyer bouler - restera dans les annales) : un championnat qui déjà se goupille bien. Attention quand même de ne pas enterrer Massa trop vite.


GP-Australie-2010-Vettel.jpgBien sûr il ne finit pas et perd de très gros points. Bien sûr c'est la deuxième (espérons pour lui que cela sera la seconde) victoire qui lui échappe. Mais Vettel a encore signé la pole et a encore mené la course de main de maître tant que sa monoplace le lui permettait.


Rosberg, discret, glane encore quelques points. Dommage que la Mercedes semble en-deçà de la concurrence sur des tracés rapides comme celui-ci. L'empattement court, ça n'a pas que du bon, et il va sûrement falloir attendre des tracés plus sinueux pour avoir une chance de podium… Et pourquoi pas Monaco ?


Liuzzi, solide et efficace. L’Italien ne paye pas de mine, certes, mais il se classe 2 fois de suite dans les points, après une qualif’ moyenne, alors que son équipier, Sutil, qui a atteint par 2 fois la Q3, a toujours zéro au compteur.


GP-Australie-2010-Liuzzi-devance-Sutil.jpg

Chandock. Première course terminée, à 4 tours des leaders certes, mais sans dégâts pour lui ou les autres pilotes.


Et pour finir, évidement, l’ensemble de la course : pluie, dépassements roues dans roues, accrochages, frottements, stratégies, etc … Du spectacle à grande vitesse comme on l’aime pour une course palpitante qui nous a tenu en haleine jusqu'au bout !

Nos "Flops"


La fiabilité des Red Bull. Même si on adhère à la théorie "Newey = trop extrême", ce n’est pas le sujet. Une bougie qui merdouille à Sakhir, une roue mal fixée qui finit par endommager un disque de frein à Melbourne, c'est plus un problème de contrôle qualité que de philosophie de conception. Et déjà, pour les titres, ça s'annonce compliqué… Ils ont pourtant la meilleure voiture du plateau en termes de performance !

GP-Australie-2010-RedBull.jpg
GP-Australie-2010-Webber.jpgOn regretterait presque que ces soucis techniques n’arrivent pas à Webber, tant il est parfois pénible de le voir en piste. Disons-le, il a roulé comme un goret. Une faute par-ci, une faute par-là, avant un beau pétage de plomb final.

La rumeur annonce son sort pour 2011 déjà réglé et on se plait à penser que Christian Horner à envoyé un texto à Räikkönen dès la fin de la course pour lui demander s'il s'amuse vraiment en rallye...


GP-Australie-2010-Schumacher.jpgMême si on peut ergoter sur sa difficulté à passer Alguersuari (en sa faveur : Hamilton a buté derrière Alonso qui tournait 2" moins vite que lui, alors que Schumacher bute derrière un pilote 1" moins vite, c'est logique / en sa défaveur : mais Alguersuari sur Toro Rosso, ce n’est pas Alonso sur Ferrari) qu'il dépasse néanmoins au terme de 2/3 de la course derrière le benjamin du plateau, suite à une erreur de ce dernier … Même si on ne peut pas non plus lui reprocher l'accident du départ où il a 0% de responsabilité… Reste quand même une impression globale assez terne. Notamment son début de course sur piste humide qui manquait de tranchant, surtout comparé à Alonso, et qui l'a pénalisé pour toute la suite, lorsque les dépassements devenaient impossibles.

Si c'était un pilote lambda, il n'y aurait rien à redire, mais c'est Schumacher...



Notre bulletin de notes bulletin-Australie2010.jpg

Par Thibaut, Nico, Didier, Marine et Marie - Publié dans : Résultats 2010
Partager - Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur OverBlog - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés