Vendredi 29 mai 2009

Le miroir aux alouettes


En proposant de plafonner les budgets des écuries à 40 Millions de dollars à compter de la saison 2010, Max Mosley a jeté un pavé dans la marre. Jusqu'alors réservée aux grands constructeurs ou aux milliardaires, la F1 est redevenue attractive pour des équipes plus modestes. Dix structures ont affiché leur intérêt pour cette F1 low-cost. Revue d'effectif:


Depuis des années, les noms de David Richards et Prodrive sont cités quasiment tous les 6 mois pour un retour en F1. Prodrive (célèbre pour ses succès en WRC avec Subaru, et en endurance avec Ferrari puis Aston Martin, marque dont Richards est l'un des actionnaires) avait d'ailleurs obtenu son ticket d'entrée pour le championnat du monde de F1 2007, mais avait du renoncer faute d'argent et d'un accord quant à l'utilisation d'un châssis client McLaren.


Connue à l'origine sous le nom de USF1, puis aujourd'hui de US Grand Prix Engineering (le nom n'est pas définitif), cette écurie américaine est la première à avoir affirmé son intention d'être présente sur les grilles en 2010. Basée en Caroline du Nord, à Charlotte, l'épicentre de la NASCAR, elle est dirigée par l'ingénieur américain Ken Anderson (ancien directeur technique de Ligier) et le journaliste britannique Peter Windsor, team-manager de Williams dans les années 1980. Malgré une importante couverture médiatique, le flou entourant le lancement de cette écurie en février a d'abord suscité un certain scepticisme. Mais selon Windsor et Anderson, le projet avancerait bien et le design de la monoplace 2010 aurait déjà débuté.

Peter Windsor et Ken Anderson, les deux promoteurs de USGPE


Le Campos Racing évolue dans le championnat d'Espagne de Formule 3. A priori, la marche pour accéder à la Formule 1 est trop haute, mais ce serait oublier que Adrian Campos, l'homme qui a lancé la carrière de Fernando Alonso, a une idée derrière la tête depuis déjà un certain temps. Après avoir revenduà l'automne dernier son écurie de GP2 Series, l'ancien pilote de F1 a investi dans la conception d'une soufflerie à l'échelle 40% dans la région de Valencia. Côté finance, même si Campos a démenti, on parle du milliardaire mexicain Carlos Slim (pressenti cet hiver pour racheter Honda) et de la star espagnole de la NBA Pau Gasol.


Lola Cars et la Formule 1, c'est une longue histoire déjà riche de plusieurs épisodes, pas forcément très glorieux. La dernière apparition de la marque en F1, lors de la saison 1997, s'était d'ailleurs soldée par un bide retentissant et l'avait précipitée au bord du gouffre, mais le savoir-faire du constructeur anglais au plus haut niveau n'est pas à démontrer.


Basée dans la région de Bilbao, l'écurie Epsilon Euskadi revendique fièrement ses origines basques. Dirigée par Joan Villadelprat, une des personnalité de la F1 des années 1990 (il occupa des responsabilités chez Ferrari, Tyrrell, Benetton puis Prost GP), Epsilon Euskadi a fait ses preuves en monoplace (c'est dans cette écurie que Robert Kubica a été titré en World Series by Renault) mais a également construit son propre prototype, vu notamment aux 24h du Mans, et œuvre de l'ingénieur argentin Sergio Rinland, lui aussi un ancien de la F1.



L'équipe anglaise iSport dispute actuellement le championnat de GP2 Series, où elle a notamment permis à Bruno Senna de briller. D'ailleurs, s'il parvient à "monter" en Formule 1, le président d'iSport, Paul Jackson, n'a pas caché qu'il aimerait à nouveau faire appel aux services du pilote brésilien, mais cette équipe ne dispose pour l'instant d'aucune infrastructure pour concevoir ses propres monoplaces.


L'écurie britannique RML (pour Ray Mallock Limited) a déjà fait ses preuves dans de nombreuses disciplines du sport automobile, qu'il s'agisse de l'endurance ou du tourisme. Actuellement, le RML est notamment chargé de l'engagement des Chevrolet officielles dans le championnat du monde des voitures de tourisme, le WTCC.



Le Wirth Research Limited est un projet mené par l'ingénieur britannique Nick Wirth qui n'en est pas à son coup d'essai en F1, puisque c'était lui qui avait créé en 1994 l'écurie Simtek. Il a ensuite été le designer en chef de Benetton, et depuis 3 ans, il est le concepteur des Acura en American Le Mans Series.


Les monoplaces de l'écurie Litespeed, actuellement engagée en F3 britannique, sont généralement abonnées aux fonds de grille. Retrouver cette structure parmi les prétendants à une place en F1 peut donc surprendre, mais ce projet est mené en collaboration avec la société d'ingénierie récemment créée par Mike Gascoyne, l'ancien directeur technique de Jordan, Renault et Toyota.


Autant le dire tout de suite, Formtech Gbh n'a aucune expérience dans le domaine de la course automobile, si ce n'est en qualité de sous-traitant. La firme a fait parler d'elle l'an dernier en rachetant les actifs de Super Aguri, qui en l'absence des moteurs et des monoplaces (propriété exclusive de Honda) se limitaient aux machines-outils et aux camions.


La FIA ayant fixé à 13 le nombre d'écuries acceptées en 2010, il y a potentiellement trois places à pourvoir, peut-être plus si certaines des écuries actuelles, dans le cadre la lutte FOTA/FIA, venaient à quitter la F1. De nombreux déçus en perspectives ? Pas forcément, car si certains projets paraissent avoir les moyens de leurs ambitions, d'autres semblent surtout avoir recherché un coup de projecteur médiatique. Il n'est même pas certain que tous fassent officiellement acte de candidature. Premier élément de réponse dès ce soir avec la clôture des inscriptions, et verdict le 12 juin avec l'annonce par la FIA des écuries retenues.

par Thibaut - publié dans : News générales sur la F1
Recommander - Commentaires (0) - Ajouter un commentaire
Retour à l'accueil
Blog : Hi Tech sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus