Jeudi 14 mai 2009

Le procès Piquet Jr (2)


La présidente, Priss : La Cour Fémin-F1 est réunie pour statuer sur le sort de Nelson Angelo Tamsma Piquet Souto Maior dit "Nelsinho". En ce deuxième jour, le témoin de l'accusation est de nouveau appelé à la barre et la parole est à la défense.

La défense (Marie) : Cédric. Hier vous nous parliez des escapades de l'accusé dans le bac à graviers. Pendant les GP, combien de fois l’accusé y a-t-il fini sa course ?

Cédric : Pff. J’ai pas le chiffre, mais très souvent. Faut préciser que chacun de ses passages par le bac à graviers n'a pas signifié la fin de sa course. Comme ça, de mémoire, je dirais qu'il est sorti de piste bien plus d'une seule fois par week-end. Et si on s’en tient seulement aux courses du dimanche, je dirais que sa moyenne devrait approcher au minimum 1 sortie de piste par course.

La défense : Merci de votre commentaire, qui traduit certes votre ressenti, mais manque de précision. J’ai les chiffres moi. L'accusé a abandonné 9 fois. Soit 1 fois sur 2. Certes, c'est beaucoup. C'est même le pilote qui a le plus abandonné en 2008. Mais est-ce un élément si pertinent que cela pour décider que l'accusé est un pilote pitoyable ? D'autant que sur ces 9 abandons, 3 sont exclusivement imputables à la mécanique : Australie, sur un problème d’embrayage, Bahreïn, sur un souci de boite de vitesses, Canada sur un problème de frein.

L’accusation (Thibaut) : Soit 6 abandons sur une erreur de conduite, un accrochage ou une sortie de piste ! 1/3 de la saison !!
Attardons nous également sur son niveau de performance. Si on peut éventuellement pardonner des erreurs de jeunesse à un pilote débutant, on attend de lui qu'il démontre son potentiel dans l'exercice de la vitesse pure, notamment en qualifications. Et quel est le bilan de M. Piquet dans ce domaine ? Absolument désastreux : depuis 23 courses que votre client est en F1, il n'a accédé que 3 fois à la Q3, contre 19 pour Alonso. Et à 9 reprises, il a échoué dès la Q1, ce qui bien sûr n'est jamais arrivé à Alonso.

La défense : Le couperet des différentes phases de qualification est un fort symbole, un outil très facile pour déterminer qui est bon, qui est mauvais et qui est catastrophique. Surtout quand au sein d'une équipe un pilote échoue en Q1 alors que l'autre arrive en Q3. Mais regardez les temps. Les écarts de places sur la grille sont trompeurs car la hiérarchie est très resserrée. En réalité, Piquet est en moyenne à moins d'une 1/2 seconde au tour d'Alonso, ce qui reste "raisonnable".

L’accusation : Mon propos n'est pas d'essayer de démontrer que Piquet est le dernier des incapables. Certes, l'écart de performance n'est pas aussi dramatique qu'on peut le penser, mais c'est justement parce que la hiérarchie de la F1 n'a jamais été aussi resserrée et que le moindre dixième perdu coûte plusieurs places sur la grille, qu'une écurie comme Renault ne peut se permettre de compter un maillon aussi faible dans ses rangs. Si au moins Piquet montrait des signes de progrès, mais rien ! Il est encore plus loin d'Alonso en 2009 qu'il ne l'était en 2008.

La défense : La comparaison avec Alonso ne peut être pertinente que si l'on cherche, comme vous, à enfoncer gratuitement mon client. Seul un débutant avec le talent d'Hamilton peut résister à une première saison aux côtés d'un coéquipier de cette trempe. Double champion du monde, hargneux, impressionnant en piste et redoutable quelle que soit la performance de la voiture qu'il a dans les mains. Les qualités intrinsèques du pilote espagnol ne sont plus à démontrer. Quand on ajoute en plus le caractère je dirais vif et entier de l'Hispanique et le fait que dans l'écurie Renault il est chez lui, mobilisant tout le monde autour de lui, comment ne pas comprendre qu'un jeune débutant ne trouve pas sa place ni ses marques ?

Quant au fait qu'il semble encore moins à l'aise cette année que l'an passé, vous n'êtes pas sans savoir qu'il a très peu tourné en essais privés cet hiver, beaucoup moins qu'Alonso en tous cas. Pas l'idéal quand on sait à quel point la réglementation technique a changé.

L’accusation : Faire équipe avec l'ogre Alonso, Fisichella a connu la même situation en 2005 et 2006. Et je me permets de vous rappeler que l'écart de performance qui le séparait d'Alonso était nettement inférieur à celui qui sépare Piquet de l'Espagnol.

La défense : Bien sûr. Fisico a connu la même situation, à une exception notable. Il était un pilote déjà expérimenté. Et puis, vous n'allez pas oser affirmer que Fisichella a connu deux saisons brillantes lors de sa cohabitation avec Alonso. Je vous rappelle tout de même qu'il restait peu de personne pour croire qu'il retrouverait un baquet après !

L’accusation : Quand ai-je dit que Fisichella avait été brillant ? Je rappelle juste qu'il a été nettement plus performant que Piquet comparativement à Alonso. Puisque vous dites vous-mêmes que ces saisons étaient loin d'être glorieuses pour l'Italien, tirez- en la conclusion qui s'impose quant au niveau de Piquet...

La défense : 2005 et 2006 ont tout de même été pour Renault 2 saisons exceptionnelles puisque l'écurie a remporté les titres mondiaux pilotes et constructeurs. Il est heureux qu'un pilote expérimenté comme Fisichella, au volant de la meilleure voiture du plateau, ne se soit pas complètement écroulé. Sans expérience et avec une voiture bien moins performante, Piquet a fait moins bien que Fisichella. C'est un point que nous ne contestons pas, dès lors que l'on rappelle les circonstances. Et il est à mettre au crédit de notre client que contrairement à Fisichella, il ne s'est pas répandu dans la presse pour dénoncer le favoritisme dont jouirait Alonso.

L’accusation : Il a joué profil bas en 2008 oui. Mais certaines récentes déclarations de votre client ont dû vous échapper chère Maître. On y retrouve le discours Caliméro maintes fois entendu du pilote qui se plaint des avantages dont bénéficie son coéquipier. Sans doute y a t-il une part de vrai dans ce qu'il dit, mais c'est révélateur de son incapacité à se remettre en question et à différencier les causes et les conséquences. S'il est aujourd'hui traité comme la cinquième roue du carrosse chez Renault, c'est parce qu'il n'a pas su montrer qu'il méritait mieux.

La défense : Ce ne sont que quelques petites déclarations traduisant un sentiment de frustration. Vous parlez d’une incapacité à se remettre en cause. J’imagine que cela complète les propos de votre témoin sur le côté frimeur de notre client. N’est-ce pas ? Mais, nous parlons de pilotes de F1 !! Les frimeurs qui débarquent pensant mater tout le monde, il y en a eu avant Piquet Jr et il y en aura après lui. Est-ce que ces pilotes ont connu des meilleures fortunes que l’accusé pendant leurs premières saisons. Pas tellement. Il suffit de repenser aux débuts de Mark Webber pour ne citer que lui. Les têtes à claques font partie de la F1. Des grosses têtes persuadées d’être les meilleurs et qui se rétament en piste, ça fait partie du jeu. Est-ce une raison pour les virer dès la fin de la 1ère saison ? Non, assurément non.

Et il en va de même pour les Caliméros ! Alonso lui-même fut un beau Caliméro en 2007. Fisichella en fut un bel exemple également. Et que dire de notre Frenchie Bourdais ??? Alors les 2 petites déclarations de mon client ne sont pas des éléments suffisamment pertinents pour démontrer que Piquet n’a rien d’un pilote de F1… Au contraire !

Mme la Présidente, ma consœur Emylie peut-elle développer un autre point, rapidement ?

Priss : Rapidement alors Maîtres. Je vous rappelle que nous n’en sommes pas encore aux plaidoiries.

La défense (Emylie) : Merci votre honneur. L’accusation a conclu son dernier argument en évoquant la place de Piquet dans son écurie. Mais quelle est cette place exactement ? Contrairement aux années précédentes, Renault n’a pas communiqué sur la bonne entente de ses pilotes. D’ailleurs, ces pilotes semblent assez indifférents à la présence l’un de l’autre. Bien sûr, on peut penser que l’expérience McLaren pèse sur Alonso, mais un jeune pilote peut-il se sentir à l’aise dans une équipe qui semble ne compter que  sur son pilote n°1 et ne garder un second pilote que parce que c’est obligatoire ? Je n’ai pas la réponse évidemment, mais je pense que la question est intéressante.

L’accusation : Question intéressante. Peut-être. Mais la vraie question est de savoir si Renault peut réellement trouver un intérêt sportif avec son pilote brésilien. En effet, nous avons affaire à un pilote au professionnalisme plus que douteux, un "branleur" oserais-je dire. J'ai l'impression de voir plus souvent M. Piquet en compagnie de charmantes jeunes femmes aux formes généreuses qu'avec ses ingénieurs. Il semble également plus concerné par les performances de son nouveau jet privé que par celles de sa monoplace. Pilote de F1, c'est un métier, pas un hobby que l'on pratique entre deux virées à Ibiza ou à St-Tropez.

La défense : NON !!! Si nous revenons sur la carrière de l'accusé avant ses débuts en F1, que voyons-nous ? Il commence le kart en 1993, soit à 8 ans ! Il intègre le championnat de Formule 3 Sud-américain en 2001 qu'il remporte en 2002 ! Je ne pense pas qu'un "branleur" aurait fait ce parcours! Puis il commence le championnat de Formule 3 britannique en 2003 qu'il gagnera l'année suivante en 2004!

Je continue ? En 2005 il démarre le GP2, à la porte de la F1 et finit 2ème en 2006. Et derrière qui ? Lewis Hamilton ! Finir 2ème du GP2 ne vous suffit pas ? Il était quand même face à Hamilton, le champion du monde ! Je trouve ça plus qu'honorable ! Il a aussi tenté une expérience en A1 GP et fait les 24 h du Mans où il finira 4ème de sa catégorie et je rajoute même une victoire en Endurance en Janvier 2006 à Interlagos !

Après cela, nous le savons, il rentre en F1. Ce n'est pas pour ça que l'accusé se repose sur ses lauriers ! Oh non ! Il travaille ! Aucune personne ne se plaint de sa fainéantise dans l'écurie Renault. Alors certes, notre client est un homme séduisant et toujours bien "accompagné", mais en quoi cela nuit-il à la qualité de son travail ? Et si cela a pu être le cas par le passé, Flavio Briatore a su faire le ménage dans son entourage courant 2008, et désormais, son père veille au grain. De plus, Briatore l'a reconduit pour cette saison 2009. Croyez-vous qu'un "branleur" aurait eu droit à ceci  alors que certains "Grosjean" ou "Senna" attendent tranquillement une place, je dirais même klaxonnent, pour entrer en F1 ? Si l'accusé est là où il est aujourd’hui, en F1, c'est qu'il le mérite et c’est qu'il n'est PAS un "branleur"!

L’accusation : Certes, le parcours pré-F1 de M. Piquet est plus qu'honorable. Mais je permets de vous rappeler qu'avant d'intégrer le Renault F1 Team, il a toujours piloté au sein de l'écurie familiale -laquelle jouait d'ailleurs avec les limites du règlement sportif du temps de la F3 sudam, sans coéquipier pour le menacer, et avec des ingénieurs acquis d'avance à sa cause.

Quant au choix de Flavio Briatore de le reconduire dans ses fonctions, croyez vous sérieusement qu'il repose sur des considérations purement sportives ? Piquet est sous contrat "Briatore Management", et en tant que Brésilien, il représente également un enjeu commercial important pour Renault, qui vient d'ouvrir une usine au Brésil.

La défense : L’accusation parle des intérêts économiques que représente Piquet et le Brésil pour la firme Renault. C’est vrai. Et cela rejoint la question que je posais précédemment. L’enjeu économique, n’est-ce pas là le seul intérêt que représente Piquet pour son équipe ? Le fait que notre client ait peu tourné et le fait que, comme l’a récemment affirmé Nelson Piquet, le père de l’accusé, l’écurie semble peu encline à faire progresser son pilote sur son point faible – courir avec une voiture légère, ce qui est pourtant essentiel pour les qualifications et donc la course – tout cela semble nous montrer que l’écurie n’accorde pas sa confiance à Nelsinho et qu’elle ne cherche pas à en faire un meilleur pilote. On peut même se demander si Alonso ne trouve pas cette situation confortable ?

Je m'arrêterai là Mme la Présidente puisque tant Flavio Briatore que Fernando Alonso ne sont pas présents dans cette cour pour répondre à ces questions.

Priss : En effet, je vois que vous n'avez pas appelé de témoins pour la défense. L'accusé souhaite-t-il s'exprimer ?

La défense (Marie) : Non votre Honneur. Notre client préfère rester concentré sur sa course à venir en attendant le verdict.

Priss : L'accusation y voit-elle à redire ?

L’accusation : Bien que le visage et son mutisme de l'accusé ne trahissent aucune émotion, nous comprenons qu'il est en réalité très affecté par les débats qui se tiennent ici et nous acceptons qu'il ne souhaite pas y participer directement. Nous sommes donc enclins à lui éviter cette épreuve. D'autant qu'il montre déjà tant de signes de fébrilité dans sa voiture que nous ne voudrions pas rajouter de la pression non-nécessaire sur ses épaules. Nous pensons en outre que les débats ont été suffisamment éclairants sans qu'il soit besoin d'appeler de nouveaux témoins.


Priss :
Très bien. Dans ce cas je déclare la séance suspendue. Nous reprendrons demain avec les plaidoiries. La séance est levée.

(clac du marteau)



Priss :
La Cour Fémin-F1 est réunie une dernière fois pour statuer sur le sort de Nelson Angelo Tamsma Piquet Souto Maior. Ce troisième jour sera consacré aux plaidoiries. Maîtres, soyez concis je vous prie. La parole est à l'accusation.

L’accusation (Thibaut) : Mesdames et Messieurs du jury, Madame la Présidente, c'est avec beaucoup d'émotion que je prends la parole pour la dernière fois devant vous. Beaucoup d'émotion car contrairement à ce qu'ont pu affirmer les avocates de la défense, je n'ai jamais cherché à enfoncer Piquet lors de cette audience. J'ai au contraire toujours eu beaucoup d'affection pour ce pilote, dont je suis la carrière depuis ses débuts en F3 sud-am, et je suis le premier meurtri de la situation actuelle. Ses bons résultats en F3 et en GP2 faisaient qu'il méritait sa chance en Formule 1 et il l'a eu. Et pas dans n'importe quelle équipe, chez Renault, un top-team. Je croyais en lui, mais hélas je n'y crois plus. Je ne reviendrais pas sur la pauvreté de ses performances et ses nombreuses erreurs en piste, tout a été dit sur le sujet. En comptant son année en tant qu'essayeur, cela fait maintenant plus de deux ans que Piquet est en F1, et l'encéphalogramme de ses performances reste toujours aussi désespérément plat. Il n'est plus un débutant, il n'a plus l'excuse du manque d'expérience, et je ne vois aucun signe laissant à penser que Piquet progressera pour se hisser au niveau actuellement requis pour briller en F1. Il est désormais plus que temps que l'indulgence dont il bénéficie chez Renault prenne fin. Son volant doit désormais revenir à un autre pilote, et mes pensées se tournent vers Romain Grosjean, qui n'a sans doute pas un patronyme aussi prestigieux ou une nationalité aussi avantageuse que le prévenu, mais qui mérite lui aussi sa chance. Car telle est la logique du sport.
Mesdames et Messieurs les membres du jury, je vous demande donc solennellement de vous prononcer dans le sens d'une éviction de Nelson Piquet Jr. du Renault F1 Team. Merci.

Priss : La parole est maintenant à la défense.

La défense (Marie) : Mesdames et Messieurs les jurés, oublions la plaidoirie que j’avais préparée, et parlons les yeux dans les yeux. Avant les débats qui se sont tenus en ce lieu, vous aviez certainement une opinion sur Nelson Piquet Jr. Peut-être comme le procureur étiez-vous des nostalgiques du père, et donc des déçus du fils. Peut-être étiez-vous plutôt de ceux qui se réjouissent des malheurs de ce « fils de… ». Peut-être enfin étiez-vous de ceux qui pensent que sa place serait mieux occupée par un autre pilote (Senna, Sato) ou mieux, par un pilote français (Grosjean, Montagny).
Vous n'êtes pas les seuls à avoir une opinion préalable sur l’accusé. La campagne anti-Piquet commence à prendre de l’ampleur. Souvenez-vous pourtant ! La légitimité des seconds pilotes dans une équipe où leur équipier joue le titre ou se montre écrasant a toujours été remise en question : Coulthard chez McLaren, Barrichello chez Ferrari, et plus proche de nous encore, Fisichella chez Renault. Des usurpateurs ? Assurément non. Juste des pilotes moins talentueux que leur équipier…
Ah, me direz-vous, Piquet est vraiment moins bon qu’Alonso… Moui, mais ils sont un paquet dans ce cas parmi les 20 privilégiés actuellement en piste. Alors je vous entends déjà : qu’il fasse comme Fisichella, qu’il aille dans une écurie de fond de grille, pas dans un top team ! Top team ? Renault ? En 2005 et 2006, oui. Depuis, il faut s’appeler Alonso pour tirer quelque chose de la pseudo « top » monoplace. La conclusion à en tirer : Piquet n’est pas un « top » pilote, comme tant d'autres finalement. Et alors, n'y a t-il place que pour l'excellence en F1 ?
Mesdames et messieurs les jurés, posez-vous les bonnes questions et tirez-en les conclusions qui s’imposent. Je vous remercie.

Priss : Madames et Messieurs les jurés -vous lecteurs-, l'heure est maintenant venue pour vous de débattre -via les commentaires- des différentes charges pesant sur le prévenu.

Nous comptons sur vous pour rester mesurés dans vos argumentations. Ceci n'est qu'un jeu, et la F1 n'est qu'un sport. N'oubliez pas non plus que le sort du prévenu n'est pas lié à votre verdict, seul le Renault F1 Team étant à même de statuer sur son avenir.
par Priss, Thibaut, Fatah, Cédric, Emylie, Marine et Marie publié dans : Un autre regard sur la F1
recommander commentaires (2)    ajouter un commentaire
Retour à l'accueil

Commentaires

Tout comme Thibaut, je m'étais enthousiasmé de l'arrivée en F1 de nelsinho, d'une part parce que son parcours pré-F1 était assez limpide, d'autre part parce que c'était le fils du grand Piquet (j'avais dans mes plus jeunes années ressenti un tel enthousiasme avec l'arrivée -concluante quoique difficile à ses débuts- de Damon Hill, par contre Jacques Villeneuve ne m'a jamais fait vibrer, comme quoi...).

Mais, bon, arrive quand même le moment où il faut faire le point, et force est de constater que Piquet Jr n'a pas convaincu. Que fait-il chez Renault? Renault est-elle encore un top-team? N'y a t'il pas un meilleur choix pour renault que Piquet? Piquet peut-il s'exprimer dans une autre écurie que Renault? Est-il le seul pilote à la ramasse cette saison? Si j'avais un quelconque pouvoir d'omnipotence, je mettrais Takuma Sato dans le baquet de Nelsinho, Piquet dans le baquet de Bourdais et Bourdais retournerait gagner aux States... Et puis à quand le procès de Jean-Pierre Kova, de Bourdais ou même d'Iceman... Allez, Forza Jenson - heureusement qu'il a échappé au procès l'année dernière celui-là -  et bonne continuation à ce site enfin différent des autres sites de f1.

Commentaire n° 1 posté par Cobra bubbles il y a 4 jours à 11h02
Ca sera un peu simpliste ce que je dis, mais je le trouve pas terrible. Son accession en F1 a moins de mérite que Bourdais.
Commentaire n° 2 posté par Johan (Ram jam) il y a 4 jours à 21h17
Blog : People sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus