Mercredi 13 mai 2009

Le procès Piquet Jr (1)


Le treize mai de l'an deux mil neuf, la cour Fémin-F1 s'est réunie en audience publique sous la présidence de l'honorable Priss afin d'entendre les débats de l'affaire "Nelsinho  Piquet vs le reste du monde de la F1".


La Présidente, Priss : Mesdames, Messieurs,

La Cour Fémin-F1 est réunie pour statuer sur le sort de Nelson Angelo Tamsma Piquet Souto Maior dit "Nelsinho", voire "Piquetinho" par certains spectateurs.
M. Piquet, vous êtes né le 25 juillet 1985 à Heidelberg en Allemagne, fils de Sylvia Tamsma (de nationalité néerlandaise) et de Nelson Piquet Souto Maior (de nationalité brésilienne), ancien pilote de Formule 1 et triple champion du monde dans les années 1980.

Après avoir passé votre enfance à Monaco, vous avez rejoint le Brésil à l'âge de 8 ans pour y retrouver votre père. Vous avez couru avec succès en karting durant votre adolescence et avez débuté en monoplace fin 2001 dans le championnat sud-américain de Formule 3 ; championnat  que vous avez gagné en 2002, pour votre première saison complète. En 2003, vous avez rejoint l'Europe pour disputer le championnat britannique de F3 où, comme au Brésil, vous courriez au sein d'une écurie montée par votre père. Vous avez terminé troisième du championnat en 2003, puis avez été titré en 2004. Parallèlement, vous avez effectué vos premiers tours de roue en F1 à l'initiative de l'écurie Williams-BMW, (qui vous a testé en même temps que Nico Rosberg) puis chez BAR-Honda.

En 2006, vous avez rejoint le GP2 Series (toujours au sein d'une écurie familiale) et avez terminé vice-champion en 2007, derrière Lewis Hamilton. En fin de saison, vous avez signé un contrat de management avec Flavio Briatore, qui vous a recruté en tant que pilote-essayeur chez Renault pour la saison 2007, avant de vous titulariser en 2008 aux côtés de Fernando Alonso.

Votre première saison s'est soldée par une 12e place au championnat, 19 points marqués (5 arrivées dans les points), 1 podium et 9 abandons. Vous avez été reconduit dans vos fonctions en 2009, et n'avez pour l'instant pas obtenu mieux qu'une dixième place.

Le ministère public, ici représenté par les honorables Thibaut et Fatah, a engagé à votre encontre des poursuites pour escroquerie à la performance, délit de vantardise et dilettantisme, et pour avoir jeté l'opprobre sur un patronyme prestigieux.

Les débats qui suivront auront pour objectif de démontrer si ces charges pourront être retenues contre vous, et le jury aura pour responsabilité de décider si vous méritez ou non de conserver votre place en Formule 1.

Avant de commencer les débats, un petit mot pour vous, Mesdames et Messieurs les lecteurs-jurés. La défense sera assurée par Maîtres Emylie, Marie et Marine qui tenteront de vous démontrer l’innocence de leur client pour tous les chefs d’accusations. Il vous faudra être vigilants afin de donner votre avis en toute conscience à l’issue des débats. Aussi, je vous demande de ne pas vous laisser emporter par les effets de manches que les représentants des deux parties ne manqueront pas de nous infliger, malgré ma haute vigilance.

Le procès peut commencer. Maîtres, exposez-nous vos arguments. La parole est à l’accusation.

L’accusation (Thibaut) : Merci votre Honneur. Nous sommes face à un individu sur qui pèsent de nombreux chefs d’accusation. Toutefois, dans l’acte d’accusation, nulle mention n’est faite des victimes de cet individu. Et pourtant ! Elles sont plus que nombreuses, innombrables ! Toutes ces passionnées et tous ces passionnés de F1 qui doivent subir l’incompétence flagrante de Nelsinho Piquet chaque week-end de GP. Des 1ers essais libres du vendredi à la course du dimanche, il ne leur accorde aucun répit.

La défense (Marie) : Objection : Pure spéculation ! L’accusation ne peut parler au nom des millions de téléspectateurs.

L’accusation : Mais si votre Honneur : ces spectateurs lésés ont introduit une class action, comme indiqué dans le dossier, et nous souhaiterions que le jury entende la voix de ces fans ordinaires. Aussi, nous demandons à appeler à la barre Monsieur Cédric, leur porte-parole, qui se décrit lui-même comme un fidèle téléspectateur du grand spectacle que propose la F1 et un témoin impuissant du désastre qu'a représenté l'arrivée sur les circuits de Monsieur Piquet Jr.

Priss : Bien. Objection rejetée. Faites entrer votre témoin.

Le témoin entre et prête serment.

L’accusation : Cédric, qu'attendiez-vous de l'arrivée de M. Piquet dans l'écurie Renault ?

Cédric : Les pilotes qui réussissent à s'imposer dès leur première saison en F1 sont rares. Mais avec ses bonnes performances dans les formules de promotion, particulièrement en GP2 face à Lewis Hamilton, on pouvait espérer qu'il puisse rapidement réaliser des performances proches de celles d'Alonso.

L’accusation : Ça paraît être un objectif élevé pour une première saison en F1.

Cédric : C'était l'objectif qu'il s'était lui-même fixé avant le début de saison. Il a déclaré que Fisichella était fini et qu'il serait plus rapide que lui. Il a même déclaré que si la voiture le permettait, il essaierait de jouer le titre.

L’accusation : Et quels ont été ses résultats pour cette première saison ?

Cédric : Pour une saison d'apprentissage, il a beaucoup appris. Surtout en visitant les bacs à graviers de tous les circuits du championnat. Le dernier pilote à avoir fait une entrée aussi remarquée en F1 était Yuji Ide chez Super Aguri en 2006. Mais pour lui l'aventure n'avait duré que 4 GP avant que les autres pilotes ne demandent son retour à l'auto école.

L’accusation : Et comment trouvez-vous son début de saison 2009 ?

Cédric : Il a commencé sa saison 2009 comme il avait fini la saison 2008 : assis sur un baquet éjectable. Il est beaucoup moins frimeur qu'au début de la saison passée. Il a vu l'arrivée bien plus souvent qu'en 2008 à la même époque mais niveau performances il est toujours autant dépassé par les événements.

La défense : Objection ! Tendancieux !! L'accusation ne se contente pas de donner à entendre les impressions du témoin, elle tente de faire passer les sentiments subjectifs d'un spectateur lambda pour des faits objectifs.

Priss : Objection accordée. L'accusation a-t-elle des questions plus probantes ?

L’accusation : Non votre Honneur. Plus pour le moment, nous cédons la parole à la défense.

La défense : Merci.
Cédric, vous déclarez que l'accusé ici présent a plus appris en visitant les bacs à graviers qu'en roulant sur la piste. Je résume bien sûr votre pensée.

Cédric : Il a certainement appris lors de toutes ses courses, mais c'est dans les bacs à sable qu'il a fini la moitié d'...

La défense : Merci Cédric. On a bien compris votre idée. En parlant d'"idé", c'est bien au pilote Yuji Ide que vous comparez l'accusé ?

Cédric : Lui même. Lors de sa saison chez Super Ag...

La défense : Vous avez répondu. Merci. Continuons. Ide avait-il marqué des points ? Ide était-il monté sur le podium ?

Cédric : Pas plus que Piquet lors de ses 4 prem...

La défense : Merci Cédric. Mais quand je vous pose des questions qui nécessitent une simple réponse par oui ou non, j’aimerais que vous ne me fassiez pas une réponse en thèse,-antithèse, synthèse. Compris ? Continuons. Piquet Jr a-t-il marqué des points ? Est-il monté sur le podium ?

Cédric : Si l'on comp...

La défense : Oui ou non ?

Cédric : Alors oui

La défense : Donc vous comparez 2 pilotes qui n’ont rien à voir l’un avec l’a…

L’accusation : Objection !!
La défense caricature les propos du témoin et ne le laisse pas répondre.

La défense : Oui je caricature Votre Honneur. Et si je ne laisse pas le témoin répondre c’est que nos questions n'attendent que des réponses par oui ou non. Mon propos était d’établir la propension à l'exagération du témoin, en démontrant comme il est facile de caricaturer à outrance dès lors que l’on se risque à des comparaisons douteuses voire fallacieuses. En F1, comme dans tous les sports, les spectateurs ont toujours une opinion bien meilleure, selon eux, que les acteurs mêmes du sport. On peut comprendre une certaine frustration, voire de la colère chez ces spectateurs, cela fait partie du sport. On ne peut en revanche pas prendre pour argent comptant tout ce que peuvent raconter ces spectateurs, même lorsqu'ils s'expriment par la voix d'un porte-parole. Le témoin a toutefois soulevé certains points intéressants que je voudrais qu'on aborde plus en profondeur.

Priss : L’objection  de l’accusation est rejetée, mais j’invite la défense à ne plus user de ce genre de procédé dans la suite des débats.
 
La défense (Marine) : Merci votre Honneur. Je prends le relais de ma consœur pour parler des éléments à charge. L'argument essentiel de l'accusation est que notre client a fait une première saison calamiteuse. Nous allons vous démontrer que cela ne peut être affirmé avec autant d'aplomb. En effet, une première année est toujours difficile pour un jeune pilote. Tout le monde n'est pas Lewis Hamilton. Si on compare les résultats de Nelson Piquet à ceux d'un autre débutant en 2008, Sébastien Bourdais, la comparaison est en faveur de notre client.

L’accusation : Objection !
La défense compare des pilotes qui ne disposent clairement pas du même matériel.

La défense : Je n'ai pas fini ma phrase. Je compare l'apport de points des deux débutants à l'écurie.

Priss : Objection rejetée, je veux entendre la suite.

La défense : Quand Bourdais contribue à 10% des points de son écurie en 2008, Piquet lui, en rapporte 24%. Si la domination de Fernando Alonso - qui n'est pas n'importe qui - sur son jeune et inexpérimenté équipier est incontestable, que dire de celle de Vettel sur Bourdais ? Cela montre qu'une première année est toujours difficile pour un pilote, même quand on est un champion de Champ Car reconnu, et que Piquet n'est pas le plus mauvais débutant de 2008.

L’accusation : Entre ne pas être le plus mauvais rookie de la saison passée et être un bon pilote qui mérite sa place, il y a un gouffre !

La défense : Nous tenons à souligner que depuis Hamilton, les rookies sont vite catalogués comme des « buses » dès lors qu’ils ne marquent pas de points dès leurs premières courses. Les jeunes pilotes devront-ils se mesurer au nouvel étalon "Hamilton" pour savoir s'ils sont bons ou pas ? Tous les jeunes sont-ils condamnés à être Hamilton ou Vettel ?!

L’accusation : Question intéressante que soulève la défense. Et j’anticipe déjà la suite de leur raisonnement. Il est plus que tentant de comparer les débuts de Piquet Jr et de Kovalainen. C’est bien à ça que vous vouliez arriver ?

La défense : Mais tout à fait. Kovalainen a lui aussi connu une grosse moitié de 1ère saison absolument désastreuse. Tout le monde se posait des questions sur son avenir. Le bilan ? Il est aujourd’hui chez McLaren qui n’est pas une sombre écurie de seconde zone, vous en conviendrez. Quant à ses résultats ? Certes, parfois il montre des très belles qualités, mais il n’a toutefois pas réellement convaincu quiconque de sa capacité à être un grand champion, je ne parle même pas d’égaler son coéquipier. Pourquoi attendre autre chose de Piquet ?

L’accusation (Fatah) : Bien ! Vous évoquez Kovalainen et Bourdais. Mais penchons-nous sur ce début de saison 2009. On n’a pas encore parlé de Buemi, le débutant de l'année ! 1ère course, premiers points. Il enchaine rapidement avec un point marqué en Chine et montre qu'il est dans le coup, comparé à son équipier. Si en plus, on ajoute une Q3, également en Chine, on voit que les débutants en F1 ne sont pas des débutants tout court ! Le GP2 et autres formules de promotion ont pour rôle essentiel de préparer ces hommes  à piloter des monoplaces d'exception. Ils ne débarquent pas dans l'inconnu, comme certains ont l'air de le croire dans cette salle.

Pour continuer sur ce thème, chez Renault, en 2007, Heikki Kovalainen avait marqué dès la Malaisie. Juan-Pablo Montoya montait sur le podium dès son 5è GP en 2001 (à une époque où seuls les 6 premiers pilotes marquaient des points). Villeneuve, à l'image d'un Hamilton et auréolé d'une très belle carrière en Indycar, manquait de remporter son premier GP à Melbourne, en 1996. Nelsinho, lui, a dû attendre le 8è GP, en France, pour marquer ses premiers points.

Dois-je continuer ? Une liste exhaustive serait trop longue, aussi je vais en venir directement à ma conclusion : nous avons devant nous l'un des plus mauvais débutants que Flavio ait recruté depuis plus de 10 ans.

J’ajouterais enfin que si Kovalainen a connu un sursaut salvateur lors de sa première saison chez Renault, cela ne fut absolument pas le cas chez votre client.

La défense : Vous ne citez là que quelques uns des débutants de cette dernière décennie. La plupart étant devenus champion du monde ou pressentis pour l’être. Nous n’affirmons pas que l’accusé est de cette trempe. Il ne succèdera certainement pas à son père. Quant au sursaut en cours de saison, vous ne pouvez nier qu’en milieu de saison, Nelsinho a signé plusieurs courses honorables, semblant même avoir provisoirement vaincu ses démons.

L’accusation : Ahh ! Nous y voilà ! Son podium d'Hockenheim ! Un énorme coup de chance ! Merci Timo Glock et le safety-car !

La défense : Mais bien sûr. Notre client ne peut vraiment pas réussir grâce à son talent. C’est 100% de la chance ! Votre argument est digne du pire détracteur de café du commerce. Vous voulez des vrais arguments, du concret ? J’ai les temps au tour de l’accusé lors de ce fameux GP d'Allemagne. Sur les 25 derniers tours de la course, il n'y avait que 2 pilotes plus rapide que Piquet en piste : Hamilton et Räikkönen. Il tournait dans les temps de Massa, Kovalainen et Heidfeld. Et il était beaucoup plus rapide que tous les autres.

L’accusation : Nous ne pouvons contester ces chiffres. Mais il en va de même pour vous. 1 GP sur 18 où votre client peut prétendre avoir fait une (presque) bonne prestation. Ça fait bien peu.

La défense : Comme votre témoin, vous exagérez. A cette même période, à l’été 2008, notre client a signé plusieurs courses - dont Magny-Cours et Budapest – dont il n’a pas à rougir.

L’accusation : Donc 3 courses où il n’a pas sombré dans le ridicule ou le calamiteux. Je les mets à votre crédit. Restent 5/6ème de la saison qui parlent pour l’accusation.

La défense : Le Ministère Public oublie un peu vite que parmi ces 5/6ème il faut ôter les abandons sur problèmes mécaniques.

La défense (Marie) : Puis-je encore poser une question au témoin ?


Priss :
Oui mais vous le ferez demain. La journée a déjà été longue. La séance est donc levée pour aujourd'hui.



(clac du marteau)

Le deuxième jour du procès
par Priss,Thibaut, Fatah, Cédric, Emylie, Marine et Marie publié dans : Un autre regard sur la F1
recommander commentaires (2)    ajouter un commentaire
Retour à l'accueil

Commentaires

Bravo pour cette article original, j'ai hate de lire la suite
Commentaire n° 1 posté par Saphira avant-hier à 22h19

Bon, j'aime bien ce que je viens de lire et souscris pleinement à cette assertion disant qu'il est le plus mauvais pilote recruté par Briatore depuis 10 ans. Pour autant, est-ce un mauvais pilote? Il sembre certain qu'il a du mal à passer d'une structure familiale qui le soutenait à une écurie où l'honorable Flavio paraît trouver jouissif de le pourrir alors qu'il lui a mis le pied à l'étrier. Enfin, un truc qui doit être dur à porter est d'être le "fils de...".

Je repasserai voir l'évolution des débats de la prochaine journée... (au fait, il faudrait arrêter de dire du mal de Ide qui, lui, avait un sacré coup de volant...ok, je sors)

Commentaire n° 2 posté par Cobra Bubbles aujourd'hui à 19h24
Blog : Pro sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus