Dimanche 12 avril 2009

Le GP de Malaisie 2009
~ Résultat et Résumé de la course ~


A Sepang, tout comme à Melbourne, la course démarre à 17h, heure locale. Au moment du départ, le ciel estbien sombre. Déjà en Australie, les pilotes s'étaient plaint des ombres dues au soleil rasant. En Malaisie, la préoccupation est plus grande et concerne surtout l'heure d'arrivée de la pluie, et son intensité. D'aucun avance la probabilité d'une course abrégée si l'orage éclate ; la pluie Malaise de fin d'après-midi est plus proche de la tempête tropicale que du crachin breton !

Oublions cette préoccupation : l'essentiel du spectacle se déroule sur la grille de départ. Encore une fois, les Brawn GP ont brillé en qualif. Pour Barrichello, la position sur la grille de départ n'est pourtant pas si bonne car il a été rétrogradé de 5 places après avoir changé de boîte de vitesses. Autre pilote rétrogradé : Sebastian Vettel qui perd 10 places suite à une pénalité (regrettable) pour son accrochage avec Kubica à Melbourne.

A l'avant de la grille, un seul pilote équipé du KERS (ou SREC) pourrait tirer avantage de cette technologie au départ : Kimi Räikkönen placé 7ème . Du côté de l'essence embarquée, Button en pole position, n'est pas le plus léger. Le plus léger : Sebastian Vettel. Le plus lourd : Nick Heidfeld.

Le tour de chauffe nous permet de confirmer que la plupart des pilotes ont opté pour les gommes tendres : gommes moins tendres qu'en Australie et on espère que ces pneus tiendront plus de 10 tours !

Tout est en place pour le spectacle : let's go !!
















































*** NOS TOPS ***

* Jenson Button : 2ème pole, 2ème victoire consécutive de la saison... et 1er hat trick de sa carrière ! Rien à dire. Le Britannique qui a quelque peu manqué son départ s'est ensuite battu pour retrouver sa 1ère place. La Brawn GP est décidément une voiture au-dessus du lot, et dans les mains de Button, elle semble voler au-dessus de la meute !  Button 2009, un remake de Schumacher 2002-2004 ??? Espérons que non !

* Mark Webber a bien animé la course avec ses nombreux dépassements et surtout un rythme de course impressionnant au début de l'épisode pluvieux : alors qu'il est chaussé de pneus "pluie", il court dans les mêmes temps que les quelques pilotes "éclairés" chaussés en "intermédiaires".

* Nico Rosberg. Le jeune Allemand se montre sous son meilleur jour. Leader des essais libres, bien placé à l'issue des qualifs, il prend la tête de la course au premier virage suite à un super départ. Même si le podium lui échappe encore, Nico confirme enfin être un pilote de poids, un pilote avec lequel il faut compter désormais. Oubliée sa première saison, Rosberg s'est fait une place de choix dans le plateau 2009 : une progression à méditer pour les autres pilotes sortant du GP2 qui végètent en milieu voire fond de grille.

* Les 1ers tours de Fernando Alonso. Départ flamboyant et une belle résistance pendant plus de 10 tours, le pilote espagnol a animé le début de course de la plus belle des manières.



*** BONUS SURPRISE ***

* Nick Heidfeld : Mais d'où est-il sorti celui-là ? Discret tout au long du week-end, l'Allemand s'est retrouvé à la surprise générale sur la deuxième marche du podium. Pendant que ses concurrents jonglaient entre pneus pluie et intermédiaires et multipliaient les passages au stand, Nick a passé d'emblée les pneus pluie et s'y est tenu, même lorsque les conditions ne s'y prêtaient pas. Joli coup tactique !


*** NOS FLOPS ***

* Cela va-t-il devenir une habitude ? Devons nous réserver la première place de nos flops à la FIA ? Car bien sur, le gros raté de ce GP est à mettre au compte de la direction de course et des grands décideurs ! Quelle lamentable gestion de la ... non-course !

Bien sûr, il était inenvisageable pour ces personnes de rendre l'antenne ! Perte de visibilité et d'argent. Mais comment ne pas regretter (et dénoncer) que les pilotes, les écuries (et spectateurs par conséquent) aient été maintenus dans l'ignorance pendant 50 minutes. Les yeux de Button lorsqu'il apprend sa victoire sont emblématiques du brouillard dans lequel les pilotes se trouvaient.

Pourquoi la décision d'arrêter la course n'a-t-elle pas été prise ? Pourquoi personne n'a jugé bon d'adresser des informations officielles pendant ces 50 minutes ? C'est vrai que c'était sympa de voir les pilotes autrement, de voir notamment un Mark Webber président du GPDA aller recueillir les opinions de ses collègues. Sympa pendant les 10 premières minutes, ensuite, comment ne pas se rendre compte qu'il aurait été aberrant de redémarrer la course ? Comment envisager de refaire partir ces pilotes trempés et déconcentrés ? Des pilotes opposés à une reprise de la course en raison de la mauvaise visibilité. Continuer à faire durer ce pseudo suspense était aberrant, d'autant qu'il aurait été possible de garder l'antenne malgré l'arrêt de la course en organisant par exemple une maxi conférence de presse.

* A ce sujet, carton rouge également à TF1 qui ne met vraiment pas les moyens pour suivre les GP hors Europe. Nous n'avons eu que le blabla incessant et embrouillé des commentateurs habituels pendant que les spectateurs de la BBC pouvaient entendre des interviews en direct de pilotes et bénéficiaient des commentaires de David Coulthard et Eddie Jordan...
Nous ne relevons même plus les coupures pub aux mauvais moments... même l'interruption de la diffusion avant le podium ne nous surprend plus tellement nous sommes habituées au manque de respect de la chaine pour les fans de F1 !

* Fernando Alonso et Renault, pourtant préparés pour la pluie depuis la veille, n'ont pas géré l'arrivée des premières gouttes puisque le pilote espagnol sort de la piste et perd de nombreuses secondes et de nombreuses places avant de pouvoir regagner son stand. On lui met alors les extrêmes pluie... mauvais choix !
Cette mauvaise anticipation dans le feu de l'action a privé l'Espagnol d'un possible podium, ce podium dont il nous parle pourtant depuis les essais hivernaux. Occasion manquée, c'est balot Fernando !

* Ferrari : Deuxième zéro pointé consécutif pour les Rouges chez qui rien ne va plus. La F60 est loin de confirmer ses belles promesses hivernales, la fiabilité laisse à désirer (Raikkonen n'aurait pas été en mesure de prendre part à un éventuel restart, son SREC ayant pris l'eau) et les ratés tactiques se sont multipliés. Entre l'élimination de Massa dès la Q1 faute d'avoir jugé utile d'assurer un meilleur chrono, et le choix de faire chausser à Raikkonen des pneus pluie sur une piste encore désespérément sèche, les tifosis ont eu de quoi s'arracher les cheveux ! Qu'elles paraissent loin les années Todt...


 

par Marie et Thibaut publié dans : Résultats 2009
recommander commentaires (0)    ajouter un commentaire
Retour à l'accueil
Blog : Sport sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus