Dimanche 29 mars 2009 7 29 /03 /2009 10:32

Le saviez-vous ?

La tradition du champagne en F1


La bouteille de champagne est devenue incontournable sur les podiums de F1... Mais d'où vient cette tradition ?

C’est en 1950, année de la création du Championnat du Monde de F1 que l'association fructueuse entre champagne et F1 a débuté. Cette année-là, le Grand Prix de France avait lieu à Reims, autrement appelé la capitale du champagne. Paul Chandon Moët et son cousin le comte Frédéric Chandon de Brailles, grands amateurs de course automobile, offrirent un jéroboam* de Moët et Chandon au vainqueur Juan-Manuel Fangio. Le geste était sympathique. Depuis lors, on continue donc à offrir le champagne sur le podium.

La tradition a un peu évolué. A l'époque, on gardait la bouteille intacte ou on l'ouvrait "proprement". L'heure n'était pas encore à la "douche" de fines bulles.

En 1967, le pilote américain Dan Gurney, vainqueur des 24 Heures du Mans, secoua la bouteille, dont le bouchon explosa. Depuis, la douche de champagne s'est généralisée sur presque tous les podiums de sports automobiles, sauf aux 500 miles d'Indianapolis, où c'est une bouteille de lait qui est offerte au vainqueur. Pour l'anecdote, cette exception date de 1936 quand Louis Meyer, premier pilote à gagner Indianapolis à 3 reprises, avait demandé du lait à l'issue de la course pour se désaltérer.

Outre cette exception notable, la première « fausse note » à la tradition du champagne sur les podiums des courses automobiles remonte à la saison 1979 : les pilotes Williams Alan Jones et Clay Regazzoni refusaient systématiquement le champagne sur le podium et réclamaient un jus de fruit. La raison ? Le sponsor principal de l’écurie était saoudien et l'alcool est traditionnellement interdit en Arabie Saoudite, comme dans de nombreux Etats musulmans.

Jusqu'en 2004, il n'y eut pas d'autres dérogations à la tradition. Lors du GP de France 1997, cela s'est joué à peu de chose que le podium ne se retrouve dépourvu de champagne, spécialité pourtant française. L'adoption de la loi Evin sur la publicité pour l'alcool était en effet entrée en vigueur. Bien connue des fans de F1 pour avoir entrainé la disparition des sponsors tabatiers, cette loi visait également l'alcool. Une application stricte du texte aurait pu sceller de sort de la douche de champagne sur le podium de notre GP national. Il n'en a toutefois rien été. une différence existe toutefois sur les podiums français : la marque du champagne ne doit pas être visible, ainsi nulle publicité n'est faite ! Astucieux, non ?

Mais revenons à 2004, année qui a donc marqué un tournant dans cette sympathique tradition de la douche de fines bulles : une "entorse" officielle s'est immiscée dans le calendrier de la FIA : le GP de Bahreïn. En effet, point de champagne sur le podium : il est remplacé par un jus de fruit pétillant ! Effectivement, tout comme l'Arabie Saoudite, Barhein est un Etat musulman dans lequel l'alcool est officiellement interdit. La loi locale l'emporte sur la tradition sportive, aussi sympathique soit-elle.

Nonobstant le côté effectivement sympathique de cette tradition, le champagne, comme tout ce qui touche à la F1, est devenu un objet marketing important. Conséquence de cette ère du sponsoring sportif où l'argent est plus important que la tradition : Moët et Chandon ne garnit plus les podiums de F1. Depuis la saison 2000, Mumm est le champagne officiel du Championnat du Monde de Formule 1. La marque bénéficie ainsi d'une très forte visibilité dans les médias et de retombées internationales. Un coffret spécial a même été spécialement conçu pour recevoir le Jéroboam "Cordon Rouge F1" offert au vainqueur. Il est orné d'une couronne de lauriers et du numéro 1 symbolique. Merchandising jusqu'au bout : Mumm édite ce coffret en série limitée depuis la saison 2002.


Entre tradition, histoire -petite ou grande- et intérêt commercial, le champagne a une place à part en F1, et pour nous, spectateurs, c'est avant tout un rituel qu'on aime savourer avec nos champions ! Savourons donc les podiums sans modération... mais le champagne, c'est avec modération.


*Jéroboam : grande bouteille de champagne équivalant à quatre bouteilles ordinaires.
Par Sonia - Publié dans : Culture F1
Partager     - Voir les 3 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Commentaires

J'adore cette histoire du champagne et je découvre même plein de petites anecdoctes que je ne connaissais pas, en plus c'est très bien écrit!
Commentaire n°1 posté par alonso925 le 29/03/2009 à 12h19
Ton article est superbe, sonia!!
Commentaire n°2 posté par emylie le 29/03/2009 à 14h03
Et si... le grand prix de France avait débuté en Normandie (il s'y retrouvera un peu plus tard avec le fabuleux circuit des Essarts non loin de chez moi), la tradition aurait-elle été celle du cidre ou du poiré? Article très intéressant, je reviendrai!
Commentaire n°3 posté par Saladin Sane le 30/03/2009 à 10h02
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés