Samedi 14 mars 2009

Monaco, la destination rêvée
Récit du premier GP de Monaco d'Emylie


La Principauté est pour moi un endroit idyllique où il m'est presque impossible d'aller. Je me renseigne depuis un moment sur la vie de cette petite partie de terre qui pour moi est l'eldorado ultime. L'endroit où je me dois d'aller au moins une fois dans ma vie. Rien qu'une.

Je m'imagine le Rocher comme un petit bout de terre qu'on traverse vite, une petite chose où des tonnes de voitures de luxe sont garées le long des trottoirs immenses. L'effervescence y est plus belle. Mais qu'en est-il en réalité ? Comment vivent les Monégasques ? Sont-ils tous riches ?

Voila que depuis quelques années Monaco me fascine. Pourquoi ? C'est comme me demander pourquoi j'aime la F1, il n'y a pas vraiment de réponse. C'est un tout. C'est plein de choses, de détails. Je sais, Monaco et la F1 c'est une grande histoire d'amour : entre les pilotes qui y vivent et le Grand Prix chaque année, ça fait beaucoup en commun.

Comment alors ne pas rêver d'y aller ?


La longue route vers la principauté

Un jour, je tombe sur Fémin-F1. Je cherchais à parler de F1, à être membre d'un petit comité car j'embête mes amis à leur raconter les qualifs ou les courses. Je m'inscris, et là une belle histoire commence avec les membres du forum. On apprend à se connaître, on rit et on devient vite plus proches. Un an plus tard,  j'aperçois un message où l'on propose d'aller au GP de Monaco. Je me dis que c'est super pour les filles et les 2 garçons qui vont y être. Mais ça me travaille. Et pourquoi pas moi ? C'est l'occasion de revoir une course de F1 et aussi de voir le fameux Rocher ! Mais partir si loin, à plus de 800 km de chez moi, seule, et rencontrer des gens vus seulement en photo m'effraie.

Dans mon Kangoo jaune de la Poste (car je suis factrice) j'y réfléchis longuement pendant ma tournée. Mince, j'ai 24 ans, je suis grande et c'est un rêve qui peut se réaliser ! Je n'aurai pas cette chance 2 fois ! J'en parle à ma famille qui s'en réjouit pour moi : ils me poussent tous à franchir le pas. Alors je fonce !

Quel bonheur d'écrire sur le forum que je serai là ! Je l'ai même écrit en rouge et en gros pour la peine ! J'en ris encore à écrire ça aujourd'hui en repensant à mes amis qui rigolaient de voir que j'avais le grand sourire (la banane) durant plusieurs jours. Quel bonheur !!!!!!

A partir de cet instant, il reste environ un mois et demi avant LE grand jour. Je prépare mon planning. Je pose mes congés et prépare ma valise. Je prévois le train : plus de 9 h30 de train pour rejoindre Nice dans un premier temps. Mais ça ne me fait pas peur, j'attendrai !

Le fameux mercredi, jour du départ, approche et je deviens de plus en plus anxieuse, l'excitation a fait place à l'angoisse. C'est tout moi, ça.

Jour J - 8h58 : le train part de Bergerac pour Bordeaux. J'ai l'habitude de ce trajet qui dure 1h30 en vieille micheline, on a presque plus vite fait en voiture ! Arrivée sur Bordeaux, pas trop de stress : je connais la gare comme ma poche et j'ai 40 minutes pour changer de train. De plus le train pour Nice est voie 1. Rien de plus simple ! Me voilà partie pour huit loooonnnggues heures de train. J'ai tout prévu : magazines, boissons, en-cas. Tout est là. Haaaaaaa !

Le trajet se passe et je suis bien, zen même. Les heures passent et j'arrive à Marseille. Je pense à un copain fan de l'OM qui rêve d'aller y voir un match. Et puis là, je panique presque. Dans une heure et demie, je serai à quai. Vient alors le paysage magnifique de la Côte d'Azur, la mer, les palmiers, le soleil. J'adore !

Nice !!! Je descends !! Tout se passe vite. A peine descendue que je me retrouve déjà face à face avec tout le monde : Marine, D'in, Cédric et Didier ! Tout se passe merveilleusement bien. Le groupe est formidable et accueillant. Je me suis sentie bien dès le départ. J'avais l'impression de les connaître depuis des années !


Reconnaissance de la piste !

Après une très courte nuit à Nice, c'est enfin le grand départ pour Monaco afin de voir les premières courses. 15 km de voiture et j'y serai ! J'ai hâte ! La route longe le bord de mer, c'est super. Je ne vois pas passer la route et voilà qu'on arrive devant ce panneau "Principauté de Monaco".

Ca y est : j'y suis !! Enfin ! Mes yeux devaient briller ! Je savoure chaque seconde. Je profite. Mon rêve, je le vis. Oui, il ne me fallait pas grand chose, je sais.

Marine, notre chauffeur de luxe, se gare au parking souterrain. Monaco est beaucoup plus grand que dans mes rêves. C'est génial. A peine sortis du parking que nous sommes déjà sur le circuit ! Et oui, l'avantage de cette course c'est que j'ai pu vraiment la vivre de l'intérieur (plus que Magny-Cours 2006). Il faut maintenant chercher la bonne tribune... Heureusement que les filles connaissent déjà ! Il me tarde d'arriver sur les tribunes, voir l'effet.

A Magny, le fait d'arriver en haut de l'escalier, je m'étais retrouvée perchée devant les stands qui étaient à une trentaine de mètres devant nous. En plus, les F1 tournaient déjà : le bruit !!! L'impression que j'ai eue à ce moment était magique. Alors, à Monaco ? Je pensais que la hauteur des tribunes ne m'impressionnerait pas, et bien SI.

L'ambiance sur un Grand Prix est inexplicable. Chacun en a son expérience et son avis. Il faut le faire. Certains adorent et d'autres en partiraient vite.

On s'assoit. Là je réalise un peu. J'ai les fesses sur un banc bleu clair (qui n'est pas confortable, certes, mais n'est pas fan qui veut !) Et la mer en face de moi avec le fameux port, tout plein de bateaux et de yachts plus beaux les uns que les autres. Nous nous retrouvons même en face de celui de Fisico. Je prends de grandes respirations. Oui, je suis bien à Monaco. Oui, moi, jeune fille un peu timide, j'ai osé venir. Et là, je ne souhaite qu'une chose : que les 4 prochains jours soient les plus longs possibles à s'écouler !!

Nous essayons toutes les tribunes auxquelles nous avons accès. C'est super. Les boules Quiès sont de rigueur car c'est pas Magny ! Là, les voitures, aussi bien les Porsche que les F1 ou GP2, passent vraiment près de nous. On se régale en GP2: ce sont des pilotes plus téméraires et plus agressifs. C'est amusant ! Je passe une première journée formidable.

La suite : Vendredi Samedi et Dimanche

Par Emylie - Publié dans : Histoires vécues
Recommander - Voir les commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Créer un blog sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés