Vendredi 21 avril 2006

cliquez ici pour rejoindre le menu      

Deux filles au Challenge Azur Loisir de Karting

 

Que se passe-t-il quand on propose à deux jeunes filles passionnées de voiture et plus particulièrement de Formule 1 de faire du kart ? Tout simplement elles sautent de joie et s’empressent d’accepter !

 

 

 

C’est ainsi que Sywel et moi-même Marnie nous nous retrouvâmes ce matin nuageux du samedi 15 avril dans une voiture direction le circuit de kart de Brignoles.

 

Au programme de la journée la première manche d’une compétition loisir organisée par un de nos amis : le Challenge Azur Karting 2006. La chance avec cette compétition c’est que les débutants comme les pilotes confirmés sont acceptés, bien sûr nous faisons faisions (!) partie de la première catégorie, avec pour l’une comme pour l’autre qu’une très modeste expérience avec des karts sur glace (qui s’était soldé par une allure de sénateur pour Sywel la prudente et un nombre incalculable de têtes-à-queues pour Marnie la casse-cou). Nos adversaires étaient au nombre de 16 (soit 18 participants en tout, bravo je sais compter !) parmi eux quelques autres débutants, des pilotes du dimanche avec un peu d’expérience et des pro participant à des championnats de kart (Nicolas Lewis) et même un pilote de F3, Julien Gerbi. Autant vous dire que nous ne visions pas la première place !

 


 
 
 

Après un rapide pique-nique dans les stands, nous enfilons notre combinaison, choisissons nos casques et après le tirage au sort des karts nous tenons un petit briefing. Nous sommes dans les starting-blocs pour la séance de qualif de 10 min où le but du jeu, comme toute séance de qualifs qui se respecte, est de faire le meilleur chrono possible…

 

Seul problème il pleut légèrement sur l’ensemble du circuit et la piste est donc glissante… mais nous n’en avons cure et ne remettrions la séance pour rien au monde. Nous nous élançons donc travers les 13 virages qui forment ce circuit d’un kilomètre.

 

 

 

 

Après quelques tours à allure plutôt réduite pour « apprendre » le circuit, j’ose de plus en plus. La pluie s’est arrêtée mais la piste reste mouillée et je constate que mes roues glissent beaucoup quand je braque un peu brusquement le volant, cependant, et c’est un quasi miracle je ne fais aucun tête à queue ! Je signe même le 15ème chrono de la séance, devant des personnes ayant plus d’expérience que moi ! Sywel pour sa part est 17ème

 

 

 

Surexcitée je n’ai qu’une envie recommencer, et cette fois-ci les choses sérieuses vont commencer : la première manche sur une piste que s’assèche de minute en minute. Nouveau tirage au sort des karts et nous rejoignons la grille de départ… Comme c’est excitant !

 

Je guette le drapeau, il s’abaisse je relâche le frein et saute sur l’accélérateur ! C’est parti pour 10 tours. Le premier virage se passe sans encombre… il faut dire que partant en fond de grille je ne suis pas dans le gros du peloton… Très rapidement même je me fais distancé par « les expérimentés » et laisse derrière moi quelques débutants. Pour le moment l’enjeu est clair il s’agit d’améliorer mon chrono sur un tour, dès lors je m’applique et m’encourage, savourant ces moments (ah la ‘parabolique’ à fond en bout de ligne droite : un vrai régal !)

 

Au bout de quelques tours le leader Nicolas, seul en tête me rattrape et d’un petit signe de main me laisse quasiment sur place… j’observe néanmoins soigneusement ses trajectoires dans le but de les copier… Et au final cela paie car j’ai amélioré mon chrono de près de 10 secondes.

 

 

Les manches 2 et 3 se déroulent bien elles aussi, avec quelques luttes un peu chaudes en tête de course. Mais de mon point de vue j’essaie de me tenir à distance quand les leaders me prennent un tour et de continuer mon bonhomme de chemin avec à la clef un record du tour qui s’améliore de séance en séance ! Un seul bémol : Mon petit frère a pris un malin plaisir a me bloquer lors des deux manches après avoir fait un tête-à-queue devant moi, il a fallu que j’attende calmement que Monsieur ait dégagé la piste avant de pouvoir me lancer GRRR !

 

Lors de la manche deux, j’eus aussi le plaisir de revenir, tour après tour sur un pilote me précédent (logique !) et même de le faire craquer : il parti en toupie dans un virage, me laissant la voie libre…

 

Il faut aussi noter qu’après une lutte acharnée sur plusieurs virages avec un autre concurrent pendant la manche trois, alors que j’allais garder l’avantage en étant à l’intérieur, je fis mon premier tête-à-queue de la journée… cela arrive bien aux meilleurs (Montoya et Fisichella en Australie) alors pourquoi pas moi ?!

 

 

 

Quant à Sywel, elle tourne bien gentiment, sans trop se presser mais ne termine pas dernière car un jeune homme, plus rapide qu’elle sur les tours qu’il boucle sans se mettre dehors, adore les graviers et va régulièrement à leur rencontre !

 

Fait notable, enfin pour moi, lors du dernier tour de la manche un pilote expérimenté me suit (il était sur le point de me prendre un tour) je m’applique donc et peaufine mes trajectoires. Une fois au stand ce dernier me dit que mes trajectoires sont (relativement) bonnes et me donne quelques conseils pour m’améliorer ! Merci !

 

 

 

 

Et cela tombe bien car enfin (ou déjà !) la finale s’annonce ! Dans les stands je discute accélération et freinage avec mon frère (Oui oui je prends la parabolique à fond ! et le deuxième virage aussi en mordant un peu sur le vibreur)

 

 

 

Au classement général je suis 13ème (un exploit !) et c’est donc de cette place que je m’élance pour les 15 tours de la finale, mais mon départ est très loin d’être excellent (façon Webber je suis restée scotchée sur la ligne) et je perds rapidement des places… Mais n’en faisant pas une jaunisse je continue de m’appliquer sur mes tours et m’encourage (« Voilà calme toi, extérieur/intérieur/extérieur, Là tu freines, tourne et hop ré-accélère C’est tout bon ! ») Malheureusement dans la fameuse parabolique j’attaque trop, me retrouve un peu sur l’extérieur et mange une grosse part du vibreur du virage suivant… celui-ci ce venge en m’expédiant aussi sec dans le bac à gravier. Ni une ni deux je saute du kart le pousse et le remet sur la piste. Ouf pas de place de perdue.

 

Un peu plus tard par contre, alors que je fais tranquillement l’intérieur d’une épingle parmi des concurrents me prenant un tour, l’un d’eux, en pleine bagarre pour une place certes, me pousse et m’expédie en toupie dans le bac. Non mais un peu de respect tout de même ?! Ce n’est pas très sport ! Surtout que là je perds des places… C’est ainsi que lorsque le drapeau s’abaisse je suis 16ème mon plus mauvais score…

 

 

 

Mais rien n’est perdu, en effet n’étant que trois femmes en course ma place sur le podium féminin est assurée et je m’empare donc de la deuxième devant Sywel troisième. La première étant une habituée des circuits qui termine à la 7ème place au général.

 



Julien Gerbi & Sywel 3èmes, J'ai oublié le nom du 1er et la première n'est pas sur le podium, Nicolas Lewis & Marnie 2èmes

 

 


Et voilà c’est fini pour cette fois-ci, vivement la prochaine course, en attendant mon trophée trône sur mon bureau !

par Marnie publié dans : Histoires vécues
ajouter un commentaire commentaires (2)   

Recherche

Votre avis

Compteur visiteur


Quelque chose à nous dire ?
Une remarque ? Un commentaire ?
Ecrivez-nous ici !
contact@femin-f1.com



Depuis la création il y a eu



visiteurs sur Fémin-F1.
Merci de votre visite !
Il y a actuellement 4 personne(s) sur ce blog

Ajouter Fémin-F1 à vos Favoris



Le début de la gloire pour Fémin-F1 :

Nous avons eu la surprise et la joie d'entendre et de voir notre site cité sur France Inter dans la chronique "Blog à Part" d'Alexandre Boussageon (Réac Chef du Nouvel Obs) voici le lien pour les curieux France Inter : Chronique du 16 Mai

Merci pour ce compliment et merci à tous nos fidèles lecteurs !



Rédacteur SportVox
mesure daudience sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur avec TF1 Network - Signaler un abus