Jeudi 24 juillet 2008


Le GP d'Allemagne 2008
~ Résultat et Résumé de la course ~


A Hockenheim, la pluie s’est de nouveau invitée sur un circuit de F1, venant perturber les essais libres. Les qualifications se sont elles déroulées sur une piste sèche. Hamilton se hisse en pole position juste devant Massa, Kovalainen, Trulli, Alonso et Räikkönen.
Dimanche, alors que les voitures prennent place sur la grille, le ciel est nuageux, mais la pluie ne menace pas de tomber. La course se déroulera donc sur le sec ! Les pneus intermédiaires et pluie sont donc rangés dans les garages. La moitié de la grille s’élance en pneus tendres : Vettel, Glock, Trulli, Webber, Coulthard, Kubica et Rosberg notamment. L’autre moitié part en pneus durs : Hamilton, Massa, Kovalainen, Fisichella, Sutil, Piquet Jr, Alonso, Räikkönen …

A 14 heures, les pilotes s’élancent pour le tour de chauffe puis, à l’extinction des feux, Hamilton prend un départ parfait conservant sa première place. Derrière, Kubica gagne une place sur Räikkönen. Massa se fait rapidement distancer par Hamilton, restant sous la pression de Kovalainen. Plus loin, Alonso et Kubica tentent de dépasser Trulli en s’engageant à trois de front dans un virage : Kubica réussit à passer, pas Alonso. Quelques secondes plus tard, cherchant de nouveau à doubler Trulli, Alonso se fait dépasser par Räikkönen.

Plus tard, Coulthard, pris en sandwich entre Button et Rosberg, passe son compatriote. Rosberg tente la même manœuvre, en vain, alors que son équipier part en tête à queue.

Au 18ème tour, la valse des ravitaillements commence avec Hamilton (pneus durs) et Kubica (pneus tendres). En sortant des stands, Hamilton est doublé par Trulli et tente de reprendre sa place. Au tour suivant, c'est Trulli qui ravitaille (pneus tendres), de même qu’Alonso (tendres), puis Massa (tendres), Kovalainen (durs), Vettel (tendres), Räikkönen (tendres) et Bourdais.

A la mi-course, seul Nelson Piquet Jr n’a pas ravitaillé.

Au 35ème tour, la suspension de Glock explose, propulsant sa monoplace contre le mur avant de s’échouer complètement détruite dans l’herbe de l’autre côté de la piste. Heureusement le pilote est conscient, il est sorti de sa voiture et marche seul, même s’il semble souffrir du dos. Pendant ce temps, la voiture de sécurité est en piste. Lorsque la pit-lane rouvre, la quasi-totalité du peloton s’élance dans les stands, dans la confusion générale. Alors que les voiture reprennent la piste, il s’échappe de la fumée à l’arrière de la monoplace de Webber qui s’immobilisera finalement quelques tours plus tard.

La voiture de sécurité s’efface. Classement en tête de course : Hamilton, Heidfeld, Piquet, Massa, Kubica, Kovalainen, Trulli, Vettel, Alonso, Räikkönen et Rosberg. Au cours des 4 tours suivants, Kovalainen passe Kubica, Räikkönen passe Alonso puis Vettel et Sutil. Rosberg passe également Alonso.

Peu après, Coulthard accroche Barrichello.

Au 50ème tour, Hamilton marque son dernier arrêt, il ressort derrière son coéquipier, qu’il passe quelques tours plus tard. Heidfeld ravitaille à son tour, Piquet Jr est en tête de la course, alors que son équipier réussit péniblement à passer Rosberg. Hamilton, lui, remonte comme un diable sur la tête de course, réussissant à doubler Massa. Alonso pendant ce temps part en tête-à-queue. A quelques tours de l’arrivée, Hamilton reprend la tête de la course sur Piquet Jr qui enchaine ses meilleurs tours. Derrière Räikkönen passe Kubica et Vettel passe Trulli, parti à la faute.

Arrivée : Hamilton remporte le GP devant un étonnant Piquet et Massa.
Les autres pilotes à marquer des points sont Heidfeld, Kovalainen, Räikkönen, Kubica et Vettel.

** Que retenir de cette course ? **

Après l’éblouissant GP de Silverstone, cette course est parue bien terne, les prestations des pilotes aussi.Rares sont ceux qui ont «brillé» ce dimanche.

Le plus étincelant est évidemment Hamilton. Il domine la course dès le premier tour, mettant plusieurs secondes entre lui et Massa en seulement quelques tours. Il maîtrise parfaitement sa course, sans ralentir le rythme. Avec l’entrée en piste de la voiture de sécurité, il perd toute son avance. Conservant sa première place derrière le safety car, il doit pourtant ravitailler encore une fois.  4ème, il repart à la charge et double tous ses concurrents pour remporter une nouvelle victoire. Implacable et magistral. Le grand Lewis is back !!!

Autre pilote brillant : Vettel. Devant son public, et fort d’un contrat pour 2009 chez Red Bull, le jeune pilote allemand réussit à se hisser en Q3 et impressionne en course. Il ne se laisse pas intimider par Alonso, mène une course sans erreur en se confrontant à des voitures bien supérieures à sa Toro Rosso et réussit à marquer un point à la régulière, doublant Trulli dans les derniers tours. Sans nous enflammer totalement (nous ne sommes pas de celles qui tombent en pâmoison devant « bébé Schumi ») force est de constater que le jeune Allemand se révèle cette année.

Etonnant et même brillant sur la fin de course, le jeune Piquet Jr fut la grande surprise du week-end. Mauvais en qualif’ (non aidé par son équipe il est vrai), il s’élance de la 17ème place, avec une voiture très chargée. Sur une stratégie à un seul arrêt, il apparait que la chance (sous les traits d’une voiture de sécurité) s’en mêle. Troisième, derrière deux pilotes devant s’arrêter, lors de la reprise de la course, il enchaine ses meilleurs tours en course, améliorant chaque fois son chrono. Lucide, il laisse passer Hamilton qui remonte comme un fou, et assure une inespérée 2ème place. Inattendue, surprenante, hallucinante même ! Ce podium est salvateur pour le jeune Brésilien qui n’aura pas complètement raté sa saison, malgré les sarcasmes de certains mauvais coucheurs…

Ici s’arrête notre distribution de bons points… malheureusement !

La grande majorité des pilotes fut transparente, à l’image d’Heidfeld. Ce n’est qu’une question d’habitude concernant le pilote allemand. Efficace mais sans plus, Massa le fut aussi. Kovalainen, lui,  se fait distancer un peu plus chaque week-end… Attention à ne pas disparaitre complètement derrière son équipier ! Déjà que McLaren admet l’avoir rangé dans la case « pilote n°2 », il ne faudrait pas qu’il se prépare une carrière à la Barrichello… Pour Kubica, c’est différent. Il a déjà brillé cette saison et domine son équipier régulièrement. Pourtant il fut bien terne ce week-end. Seul son départ fut remarquable. C’est insuffisant pour rester collé aux 3 leaders du championnat.

Au sein des autres écuries, les Trulli (pourtant brillant en qualif), Webber, Rosberg ont réalisé une course neutre, moyenne, sans éclats ni fracas. Bourdais fut un poil meilleur. Il semble enfin prendre la mesure de sa Toro Rosso. Pour la première fois depuis longtemps, il n’a pas paru largué en fond de grille… Il a fait plaisir à son équipe, à son boss et à son public. C’est encourageant !

A contrario, Coulthard et Barrichello se sont fait remarquer en s’accrochant bêtement… A la limite du ridicule pour deux pilotes aussi expérimentés !

Transparents et complètement largués, Fisichella et Button perdent encore un peu de leur lustre d’autrefois…

Il est maintenant tant de distribuer les cartons rouges. 

Assorti à sa combinaison, le premier carton revient à Räikkönen. Loin en qualif, il se contente de rester aux alentours de la 5ème place pendant toute la première partie de la course. A un moment, il se retrouve même hors des points. Une attitude très éloignée de ce qu'on est en droit d'attendre du pilote le plus rapide habituellement, dans une des voitures les plus performantes qui plus est ! Heureusement pour lui, l'accident de Glock semble l'avoir réveillé. Il remonte alors plusieurs positions pour rentrer à nouveau dans les points. C'est tout de même loin d'être satisfaisant pour un pilote de cette classe !

Le second carton revient à Alonso. Bonne qualif pour le pilote espagnol, certes. Et puis, plus rien ! Un départ qui ne mérite pas plus qu'une mention "passable" et surtout une incapacité répétée à dépasser un adversaire. Ses tentatives échouent toutes ou presque. Plus grave encore, il ne parvient pas à résister à ses adversaires... Et quand dans le même temps son équipier enchaine ses meilleurs chronos, Alonso part en tête-à-queue ! Que dire d'une telle contre-performance ?? C'est navrant !

Par Team Fémin-F1 - Publié dans : Archives résultats
Recommander - Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Commentaires

ben il est parfait cet article!!!!!
Commentaire n° 1 posté par sonia le 24/07/2008 à 15h57
Blog : Sport sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus