Mercredi 16 juillet 2008

 

F1fiction-petit.jpg
retour vers le sommaire 

Opération Formule Rose
Chapitre 18 :


De Cedric@femin-F1.com à Directrices@femin-F1.com

    Sujet : L’invasion des lemmings

Bonjour,

Le local technique de notre soufflerie subit en ce moment une invasion de lemmings. Pas de panique ce n’est que le nom que nous avons décidé de donner aux ordinateurs qui constitueront la « Gride » qui se chargera de traiter les données provenant de la soufflerie.

Les 100 machines prévues pour la première étape sont en cours d’installation et les tests commenceront au début de la semaine prochaine.

Pour le moment, nous sommes parfaitement dans les temps pour que la soufflerie soit mise en service à la date prévue.

Bonne journée.

Cédric

 

De Directrices@femin-F1.com à Cedric@femin-F1.com

    Sujet : Extermine la vermine !


Bonsoir Cédric,

Désolées que tu ne sois pas avec nous ici à Istanbul, mais nous tenons à ce tu supervises en personne l’assainissement de notre soufflerie. Nous en avons trop besoin et pour bientôt ! Les gars ont vraiment bien bossé sur la FF148. Dès que la soufflerie est clean, les flancs de notre bébé devront être caressés par notre vent en boîte !

Bon courage et tiens-nous au courant.

Nous !

 
 


Quand le Femin-F1 Team débarque à Istanbul, le temps n'est pas de la partie. La piste est humide et la température bien plus basse que prévue. L'ambiance est un rien morose.


En arrivant dans les stands, l'équipe réalise qu'elle a perdu un de ses voisins habituels. Les Super Aguri sont absentes : la maison mère leur a coupé les vivres, imposant l'arrêt de leur activité.

 

« La formule 1 est une discipline difficile et couteuse » nous confie Alban. « Les petites équipes doivent se battre autant sur la piste qu'en dehors pour survivre. Super Aguri était une très bonne équipe qui avait su faire progresser sa voiture malgré tout. Je me souviens que l'année dernière, ils étaient vraiment compétitifs. »

 

Eleana exprime les mêmes regrets : « C'est dommage pour Takuma et Anthony. Les places sont chères en F1 et en supprimant une équipe, ça devient encore plus dur. J'espère qu'ils pourront se relever et je leur souhaite bonne chance pour la suite de leur carrière. » La pilote ajoute avec un sourire maussade : « Nous avons eu l'occasion une ou deux fois de partager un thé en observant la fin des qualifs. »

 

Le vendredi matin, les 40 premières minutes de la séance d'essais libres sont peu animées avec quelques pilotes en piste seulement. Les conditions sont trop mauvaises pour recueillir des informations intéressantes. Cependant, Eleana fait partie de ceux qui tournent beaucoup dans ces premiers instants. La jeune Italienne a besoin de se familiariser avec le tracé stambouliote et notamment le super 8, un virage redouté par tous et qui peut ruiner les espoirs des pilotes dans un tour rapide. Les F1 passent bien plus vite que les monoplaces du GP2.

 

Une fois revenue dans le garage, c'est une Eleana déjà un peu marquée physiquement mais souriante qui partage ses impressions avec Alban et les ingénieurs. Dans la seconde partie de la séance, la piste s'améliore et tous les pilotes signent des chronos instructifs.

 

L'après-midi, les conditions météo s'aggravent, Une averse mouille encore la piste et la température reste fraiche. Les lunettes de soleil sont remisées au fond des stands et les blousons remplacent les chemisettes. Encore une fois la collecte des data s'avère compliquée en début de séance. Eleana et Alban peinent à faire monter leurs gommes en température. Heureusement, les choses s'arrangent en cours de séance.

 

Le samedi, lors des qualifications, les deux pilotes éprouvent toujours quelques difficultés. Eleana ne parvient pas à se hisser en Q2 et échoue à la 17è place. De son côté, Alban doit déployer tout son talent pour se glisser en 14è place, grâce à l'aspiration d'une Honda. Il ne peut faire mieux en Q2.

 

Dans le fond de l'allée des stands, les pilotes FF1 retirent leurs combinaisons trop chaudes et suivent la fin de la séance sur les moniteurs, en compagnie des directrices du team. La Q3 est comme un jeu vidéo où les pilotes rivalisent de vitesse et d'adresse pour réaliser un temps de rêve. Lewis Hamilton glisse dans le fameux virage 8 et perd ses chances de réaliser la pole position.

 

Le dimanche matin, des rumeurs remontent le long des paddocks et des journalistes se pressent devant les stands du FF1Team. Les mécaniciens tentent tant bien que mal de faire respecter leur espace vital. C'est Priss en personne qui vient calmer les esprits.


Au fond, les deux pilotes du team sont en grande discussion avec Takuma Sato et Anthony Davidson, les deux anciens titulaires de Super Aguri. Si les plaies ont encore du mal à se refermer, ils affichent malgré tout un large sourire et paraissent parfaitement décontractés. Ils passent un long moment loin des caméras et des micros à parler de F1 bien sûr, mais de beaucoup d'autres choses également.

 

Priss, la responsable des relations publiques, explique: « Nous avons pris l'initiative d'inviter Takuma et Anthony à assister au GP de Turquie. Leur mésaventure aurait pu arriver à n'importe qui et surtout aux petites équipes comme la nôtre. Nous ne voulions pas qu'ils partent de façon brutale, dans l'indifférence générale. »

 

La course des deux voitures FeminF1 se passe sans problème particulier. Eleana parvient à reprendre quelques places grâce à de belles manœuvres et à remonter jusqu'à la 13è place, juste derrière la McLaren de Heikki Kovalainen. Les nombreux tours qu'elle effectue derrière le Finlandais sont très instructifs pour la jeune italienne. Alban, quant à lui, termine juste devant, à la 11è place.

 


Toujours pas de point pour Eleana et Alban, mais un week-end entre rire et larme, riche d'enseignements.

Par Team Fémin-F1 - Publié dans : F1 Fiction
Recommander - Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
mettre des photos en ligne sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus