Samedi 19 avril 2008
F1fiction-petit.jpg
retour vers le sommaire  

Opération Formule Rose


Chapitre 14 : Pas de malaise en Malaisie

Le GP de Malaisie nous attend, une semaine seulement après celui d’Australie. Eleana et Alban n’ont eu que peu de temps pour s’adapter à la chaleur moite qui règne en Malaisie. Ils auraient été aperçus dans un hammam local avec le pilote essayeur, Issa.


De Eleana@Femin-F1.com à Directrices@Femin-F1.com
    Sujet : Bains turcs en Malaisie

Ciao direttori,
Merci pour ce petit hammam, c’était bien agréable et nous avons bien profité de moment avec les garçons. Nous avons évidemment parlé boulot, nous sommes très consciencieux ! ;-) Comme vous, n’est-ce pas ? Je vous entraperçues dans les vestiaires : alors hammam ou sauna pour mes chefs préférées ? Promis, je n’en parlerais pas…
Enfin, la petite pause détente est finie et demain on replonge dans le rythme de la course.
Je viens de rediscuter avec mes ingénieurs : nous nous sommes mis d’accord pour travailler les réglages pluie pour les EL1 et EL2. Nous aviserons en fin de journée ce que nous ferons le samedi. Je suppose vous avez déjà discuté de cela avec Fatah, je pense qu’il faut tenter le coup avec la météo incertaine : le risque d’orage est important et si la pluie s’en mêle, ça nivellera les performances des voitures et je compte en profiter pour tirer mon épingle du jeu et montrer nos jolies fleurs aux caméras !!!
C’est quitte ou double, mais si ça rate j’espère qu’Alban avec sa configuration classique sauvera l’honneur de l’écurie.
A demain dans les garages…
Ele


Vendredi 21 mars, premiers essais

La météo ne donne malheureusement pas raison à Eleana. Ses essais du vendredi permettent certes de récupérer quelques données, mais rien n’indique que cela lui sera utile pour le dimanche. Dans le garage tous les cerveaux tournent à plein pour déterminer quelle stratégie adopter pour le reste du week-end. Heureusement les tours qu’Alban a bouclé lui ont permis de trouvé un bon réglage pour la voiture. Il décide de continuer avec la même configuration. Alors que la nuit tombe sur le circuit, l’ambiance est tendue au sein du FF1T : la météo est leur pire ennemie en cet instant ! Ingénieurs, stratèges, directrices et pilotes décident d’attendre le lendemain matin pour prendre les décisions… peut-être le ciel leur enverrait-il un signe.


Samedi 22 mars, jour de qualif

Le samedi matin, c’est donc un peu dans la panique que l’italienne a du réviser ses intentions pour les EL3. Urgence plus que panique d’ailleurs, car elle a pu profiter du bon travail de son équipier pour récupérer une bonne partie de ses réglages et réadapter sa voiture. Alban n’est pas avare en conseils pour aider son équipière qui découvre le tracé exigeant de Sepang. L’heure n’est pas à la rivalité, mais à l’entraide et les directrices veillent au grain pour que tout ce déroule au mieux. Le sourire radieux n’est plus de mise, c’est un masque d’anxiété qu’arborent les jeunes femmes. Toutefois, face aux journalistes, il faut afficher un optimisme de mise et c’est Eleana qui doit se prêter au jeu. Elle préfère donc s’étendre sur sa confiance générale en la FF140 pour ne pas avoir à disserter sur la course à venir :

« En début de saison, toute l’équipe avait un peu peur que le châssis soit dépassé. Mais c’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’on a découvert une voiture très bien conçue offrant un compromis idéal entre équilibre et agilité. Sepang offre de belles courbes et ça donne vraiment envie d’attaquer. »

A peine le temps de souffler pour le team que c'est déjà l'heure des qualifs. Tel un ballet parfaitement chorégraphié chacun prend sa place dans les stands. Les pilotes échangent quelques derniers conseils en enfilant leur casque, les mécaniciens vérifient les derniers réglages, les ingénieurs compulsent une dernière fois les relevés télémétriques, le stratège a les yeux fixés sur sa montre.
Puis c'est le signal du départ. Pendant 20 min les pilotes tournent sans relâche. Cependant pas de miracle : les pilotes du Fémin-F1 team ne parviennent pas à se hisser en Q2. Alban s'est vu privé du 16ème temps d'un souffle par Nico Rosberg tandis qu'Eleana réalise un honorable 19ème chrono. Toute l'équipe est quand même satisfaite.



Dimanche 23 mars, jour de course

Le dimanche matin, les risques de pluie sont faibles mais Eleana persiste dans sa stratégie avec un premier relais long, à l’image, semble-t-il de Fernando Alonso, et se présente sur la grille avec des pneus durs. Alban, de son côté, choisit de partir en tendres pour un premier relais plus rapide.

La course est moins animée qu’à Melbourne, mais sous les casques, ça    bouillonne !

Dès le départ de la course le pilote français se montre très agressif. Plus léger, il prend l’avantage sur Rosberg, puis sur Vettel. Derrière, Eleana éprouve quelques difficultés à contenir les pilotes qui mettent la pression. Après plusieurs tours, elle parvient malgré tout à améliorer ses temps et à prendre une petite marge. A la faveur des premiers ravitaillements, l’italienne parvient même à se hisser à la 9ème position, aux portes des points. Mais quand elle rentre au stand dans le 25è tour, elle se retrouve 14ème.

Alban, quant à lui, taille la route, encouragé à la radio par D’in. Mais vers le 40ème tour, les ingénieurs s’inquiètent de voir apparaître des problèmes dans les données du moteur V8 Intrepide. Marnie décide donc de limiter la puissance et Alban doit baisser le pied pour rallier l’arrivée sans encombre. Avec une confortable avance sur son plus proche poursuivant, il conservera sa 11è place jusqu’au bout. Un très bon résultat pour le Fémin-F1 Team !

Eleana a malheureusement eu moins de chance… Dans son dernier relais, elle s’engage dans un sprint effréné pour tenter de revenir sur Rubens Barrichello 13ème. Elle tente tout pour passer le vétéran, repousse les limites de sa voiture, freine le plus tard possible… trop tard même. Elle ne peut éviter une sortie de piste qui la contraint à l'abandon. Avec un sourire amer, Eleana reconnait ses tords : « J’ai mal estimé le freinage dans le virage n°4. J’ai essayé de récupérer en freinant très fort et l’arrière a décroché. Je n’avais plus le contrôle de la voiture et j’ai tiré tout droit. »

La fatigue et la chaleur intense de ce GP peuvent aussi excuser la pilote qui n'a malgré tout pas démérité au cours du WE.

Mais un abandon n'est jamais facile à digérer pour un rookie ainsi Alban, Issa et toute l’équipe n’ont pas été de trop pour tenter de remonter le moral de la belle. Même son compatriote Jarno Trulli est venu discuter de longues minutes pour partager quelques unes de ses expériences glanées lors de ses presque 170 GP. Touchée par de telles attentions, Eleana a vite retrouvé le sourire, son esprit de compétition et son envie de rouler. Tout son esprit s'est donc tourné vers le prochain grand-prix sur le circuit de Bahreïn et le pauvre Jarno Trulli dut faire face à une avalanche de questions.

C'est Priss qui sauva le pilote Toyota en rappelant à Eleana qu'il était temps de se soumettre à la rituelle conférence de presse post-course avec le reste de l'équipe.

Dimanche tard dans la soirée, alors que les pilotes dorment depuis longtemps, dans un paddock désert, une pièce reste encore allumée. A l'intérieur, Sywel l'infatigable prépare la course à venir. Vous rendez-vous compte de la logistique que demande l'organisation de courses sur les 5 continents ?!


par Team Fémin-F1 publié dans : F1 Fiction
ajouter un commentaire commentaires (2)   
Retour à l'accueil
Blog : Sport sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus